←                    Abonnez-vous : 39 €/ l’année                       

Poga-« Char » : Chronique d’un massacre annoncé…

Tadej Pogačar est bien « l’orni » annoncé : un Object Roulant Non Identifié.  Lors de sa prise de pouvoir en 2020, lors du dernier contre-la-montre du tour il avait surclassé, anéanti, survolé l’étape et remporté le tour.

Depuis, c’est de pire en pire. Tout à l’heure, sur la Super planche des belles filles,  il devrait récidiver…

Avec une puissance que l'on ne lui connaissait pas vraiment, Pogačar dépose Roglič et le reste des favoris du Tour...Capture écran ©Eurosport

Hier, il a gagné peut-être là où on l’attendait le moins. Dans un sprint. Mais plus grave, il a ridiculisé les autres…

À l’instar d’un Merckx ou d’un Hinault qui étaient capables de gagner partout à partir du moment où ils l’avaient décidé, pas forcément là où ils étaient les plus forts. Roubaix ou l’Amstel pour Hinault, Milan-San Remo ou le Ventoux pour Eddy.

Aujourd’hui, plus ça va et plus on a l’impression que « Poga-char » va définitivement écrabouiller sa génération de sa classe folle et intégrer ce duo de tortionnaires…

En fait, il me rappelle vraiment quelqu’un. Laurent Masson.
Ce nom ne vous dit rien ? Je vais vous raconter son histoire.
Dans les années 80, mon frère courrait dans le même club que ce garçon, au redoutable VOC, le Val d’Oise Cycliste. En Junior. Là ou les qualités des uns et les limites des autres explosent. Une catégorie ou la classe compte plus que l’entraînement. Une catégorie injuste mais capitale car elle dévoile aux jeunes garçons la terrible vérité de la vie : nous ne sommes pas égaux !

Chaque dimanche, Laurent Masson jouait avec les autres. À mi-course, échappée ou pas, il s’extirpait du peloton et finissait seul. En général avec une à deux minutes d’avance sur le peloton ou sur son « lieutenant », un dénommé Daflon, lui aussi brillant mais pas au niveau de notre extra-terrestre à nous…
Laurent gagnera le Pas Dunlop régional puis tombera, au championnat de France sur son Pogačar à lui, Philippe Bouvatier.

Pogačar sur le Tour, c’était Laurent chez nous. Un homme chez les juniors.
Il se trouve que chez les « pro », normalement, ce genre de rapport de force n’existe plus.  Lorsqu’il apparaît de nouveau au top niveau, c’est que dame nature a trébuché au moment de fabriquer le petit Tadej :  le contenant empli de force brute a dû lui échapper des mains et se renverser dans le berceau du nourrisson !

Mais sur un Tour de France, un tel pouvoir doit être contenu sous peine d’implosion.
Bref, il faut manier la nitroglycérine avec doigté. Mais Pogačar semble de plus en plus maladroit et laisse déborder le vase plus qu’à son tour.
Alors, Pogačar montre son vrai visage : celui d’un monstre dès lors qu’il ne parvient plus à contenir la bête qui est en lui. Et le peloton, ou ce qu’il en reste, en fait les frais.

Tout à l’heure arrive la « Super » planche des belles filles. Wout « Daflon » ne sera pas loin mais derrière, car comme prévu, comme d’habitude « Laurent » va probablement les atomiser…

Fin du sprint : Pogačar les a littéralement enrhumé : seul Matthews est encore sur la photo... Capture écran ©Eurosport

L’étape du Jour

Tomblaine – La Super planche des belles filles

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrançais