←                    Abonnez-vous : 39 €/ l’année                       

Le cyclisme est magique, le Giro aussi !

À croire que seul le Giro est béni, au moins pour les spectateurs. Aujourd’hui encore, l’étape, la météo et les coureurs ont encore été grandioses pour nous offrir un superbe spectacle.
Demain, c’est fini. Retour sur du très grand spectacle

Hey, la suite de cet article est réservé aux abonnés du site !

OU

Rendons à César ce qui est à César : Ce Giro 2021, comme c’est le cas depuis quelques années, est palpitant à suivre. Si ça continue comme cela, il risque de devenir un jour le Tour de référence. Alors un grand bravo à ceux qui s’en occupent et même si l’organisation de RCS est parfois un peu « light », sur la course, c’est une réussite totale. Et naturellement, merci aux coureurs.

Du suspense tous les jours !
Retour sur la 6ème étape. Après la victoire de Gino Mader, le jeune grimpeur suisse qui a parachevé l’incroyable boulot de son coéquipier, Matej Mohoric, on constate encore une fois, que ce Giro est définitivement le grand Tour le plus intéressant à suivre.

Si la météo, encore déplorable, a une part de responsabilité dans cette étape, cela ne suffit pas. Il faut un parcours qui permette aux coureurs de tenter leur chance et, justement, des coureurs qui malgré les conditions très dures, se lancent dans des échappées aux longs cours, des équipiers qui profitent de tous les instants pour tenter des coups et des leaders qui attaquent. Aujourd’hui, on a tout eu…

Taco van der Hoorn : sublime combat.
Plus la victoire d’un homme seul, échappé depuis plus de 100 km en compagnie d’un groupe de 35 coureurs, puis cinq, à la faveur d’une descente détrempée !  Le tout en montagne.
Voilà bien longtemps que cela ne nous est pas arrivé sur le Tour.
Entre le festival Mohoric (qui a malheureusement chuté lourdement 3 jours plus tard), sur le plat et en descente, la tentative de coup de bordure des Ineos, entre deux cols, qui a vu l’espace de quelques centaines de mètres, 10 hommes devant dont 7 Ineos et le maillot Rose décroché par l’ex-vététiste au nom de guerrier, Attila Valter, aujourd’hui à la FDJ, c’était une journée pleine de suspense. Un vrai bonheur

Côté humain, même constat : Gino Bader, le vainqueur, a justement remporté l’étape, lui qui s’était fait manger à quelques mètres de la ligne par l’ogre Roglic, sans pitié, sur le dernier Tour de Romandie. On a vu aussi l’incroyable chute, heureusement sans graves conséquences, de Peter Serri, (DQS) littéralement propulsé par la voiture d’un directeur sportif et enfin, on a revu Romain Bardet devant, tentant un coup de poker à 3 à 25 kms de l’arrivée dont 10 de cols pour finir.

Étape 14 : Un presque inconnu, Lorenzo Fortunato dans une équipe « invitée » au grand dam d’autres, qui se pensaient plus légitime, gagne seul au sommet du plus fameux col Italien, le géant Monte Zoncolan
Étape 17 : Victoire de Daniel Martin. Énorme. Il parvient à maintenir en respect dans un col, l’armada Inéos et le maillot Rose d’Egan Bernal en personne. Incroyable.
Étape 18 : Encore une échappée. Une étape presque plate. Et pourtant. Ils sont beaucoup devant mais c’est cuit pour eux. Soudain, un coup de fusil de Remi Cavagna suivi d’un contre-la-montre individuel avec un petit col et une belle bosse. Il échouera de peu après un mano à mano avec Alberto Bettiol qui l’emportera. Encore un moment de plaisir extrême…
Etape 20 : Enfin, aujourd’hui, le 2nd au général, le fidèle équipier, Damiano Caruso, leader de rechange de Bahrain-Victorious après la chute de son leader Mikel Landa, attaque et rejoint Bardet le revenant dans une tentative de coup de Trafalgar. Ils sont en compagnie de leurs équipiers :  2 DSM et 1 Barhein-Victorious : Tout ce petit monde s’isolera en descente avec deux cols encore à venir.
Montée finale, Bardet craque mais Caruso remporte magnifiquement l’étape et conforte sa seconde place. Bardet gagne une place au général pour devenir 5-ème. Le tout à un jour de la fin du Giro. Vous avez dit panache ?

A suivre sur Eurosportplayer
Franchement, le GIRO, ça vaut le coup de prendre un abonnement, même pour un mois, sur Eurosportplayer.fr. Pour se régaler et revoir tout ce que l’on aime dans le cyclisme.
Et pour ceux qui bossent, long résumé à 20H30 tous les soirs.

Respect.

RJ

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrançais
%d blogueurs aiment cette page :