←                    Abonnez-vous : 39 €/ l’année                       

Freinage : La fin des patins ?
On le dirait bien. Le peloton « Pro » World Tour évolue désormais à 98 % sur des machines à freinage hydraulique.
La fin d’une longue époque...

Excepté Pinarello, tous les autres sont définitivement passés au disque. Autant l’année dernière on pouvait encore imaginer que certains constructeurs et certains teams avaient pris la décision, sur des critères que nous estimons sportifs, de garder des machines à freinage hydraulique, autant cette année, il semble que les carottes soient cuites pour les aficionados des bons vieux patins.

Hey, la suite de cet article est réservé aux abonnés du site !

OU

2 réponses

  1. Adjugé Vendu !
    ludo, tout cela nous parait très clair. effectivement, être aussi efficace , en montée, avec l’un qu’avec l’autre est disons, surprenant mais peut être qu’en Trois semaines, vous avez changé et puis coté roues, ce ne sont pas du tout les mêmes. C’est là que ça a dû tout changer. DT est quand même un grand fabricant de roues, alors que les Wilier, on ne sait même pas d’où elles sortent !
    quand la descente, nous sommes parfaitement d’accord, c’est incomparable. Reste que sur le dernier Giro, en descente de cols, on a vu les Ineos, avec leur Dogma à patins mener la danse et ne pas chuter. Quand même surprenant…

  2. Bjr l’ami Richard.
    Petit retour d’expérience récent pour continuer d’alimenter le débat disques-patins. J’ai eu la chance de pouvoir aller faire des sorties montagne à 3 semaines d’intervalle et avec 2 vélo différents, 1 à patins (Scott addict groupe sram red e tap 11v roues dt swiss dicut oxic 32mmm montées tubeless) et l’ autre à disques (wilier cento 10 pro groupe sram force axs 12v roues wilier carbone à pneus), donc un vélo taillé pour la montagne et l’autre plus pour le plat-vallonné.
    Pour le Scott braquet 50×34 et derrière cassette 11×30, pour le Wilier braquet 48×35 et derrière cassette 10×33.
    J’ai testé sur le même tour, condition météo à peut près similaire, temps sec mais plus de chaleur quand j’ai roulé avec le Wilier.
    Alors déjà niveau moyenne en montée c’est quasiment identique, c’est étonnant non ?
    Je montes aussi vite avec le Wilier qu’avec le Scott.
    Ensuite en descente, bon là comment dire, y’a vraiment pas photos. C’est le jour et la nuit. Pourtant les dt swiss oxic on un super freinage mais bon les disques c’est royal. J’ai même largué mon pot qui pourtant me met un voyage à chaque descente.
    Pas un bruit de frottements, quelques légers crissements sur les gros freinage.
    Voilà pour mon expérience personnelle et je pense que le Wilier pourrait être plus performant avec une paire de roues différentes (plus légères et à boyaux sans doute).
    Pour moi maintenant c’est plié, la montagne c’est en Wilier et le Scott pour rouler l’hiver.
    Bonne continuation.
    Ludo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrançais