←                    Abonnez-vous : 39 €/ l’année                       

GIANT 2022 : En roue libre…

Le Number One était tout en roue libre sur ce Roc d’azur.
Présenté au second étage de leur « building » toujours aussi impressionnant, quelques vélos de route se battaient en duel…

La "ville" GIANT !
Voilà TOUS les vélos de route de Giant présents sur le ROC...

Personne à l’étage. De chez Giant on veut dire.
Visiblement, l’évènement de Fréjus est pour Giant un rendez-vous toujours axé à 95 % sur le VTT.
Parqués dans un coin, nous avons cependant pu découvrir quelques nouveaux coloris de modèles existants et la volonté de Giant de voir leur marque apparaître plus discrètement sur leurs modèles routes. Au moins en ce qui concerne les Defy et les TCR, le Propel continuant d’arborer une poutre entièrement dédiée au nom du constructeur.
Le Propel reste fidèle à lui-même, sobre et massif. Mais côté ergonomie, l’« aéro » de Giant commence à faire un peu « old school ». À l’avant, la finition est à l’emporte-pièce et cette potence a un côté « San Ku kai » ! (Si vous avez moins de 40 ans, oubliez la référence !). Présenté avec une fourche au pivot non coupé, un empilement disgracieux d’entretoises, notre Propel SL semblait avoir reçu une douille de « S » sur un cadre XL !
Le bon côté de cet avant, c’est que c’est un petit « mécano » à lui tout seul. Il est donc probablement beaucoup plus aisé de travailler sur les câbles et durites du Giant que chez beaucoup de concurrents. Un très bon point.
À l’arrière, on a toujours droit à ce système un peu rustique pour régler la hauteur de selle :  la partie supérieure du chariot coulisse sur 2 cm pour le réglage de hauteur (une fois coupée le tube de selle). Mais on a toujours un peu l’impression d’abimer le tube si on a besoin de modifier ce réglage pour diverses raisons.
À savoir pour les maniaques.

Rappelez-vous aussi qu’après quelques mois d’utilisation, la manipulation de la molette de réglage d’assiette demande d’avoir des doigts de fée mais avec une puissance de judoka !  donc, on n’oublie pas de huiler ( surtout pas de graisse) régulièrement la bête.

Pour le reste, nous n’avons rien remarqué de nouveau.

Le triangle arrière : Spartiate
Le réglage de la hauteur de selle GIANT. Discutable...
Peu esthétique, le montage Giant a l'immense mérite de simplifier les interventions...

DEFY 2022

Dans la gamme DEFY, comprenez les vélos cyclosport du constructeur, on retrouve cet arrière très fin couplé à un avant costaud. Un bon compromis semble-t-il mais que nous n’avons plus testé depuis que le bureau Français refuse que nous posions nos fesses sur leurs augustes machines !
Au-delà du geste d’humeur, cela n’indique rien de très bon… Donc nous vous invitons à vous référer aux tests de nos confrères et autres blogs plus ou moins crédibles…Sorry.

Nous sommes souvent intransigeants avec les constructeurs au regard de l’intégration globale qui finit souvent par un goulot d’étranglement côté potence. Et bien, le bon côté de Giant, c’est qu’ils ne cèdent pas trop au diktat de l’intégration. Au bout du compte, un Defy se positionne comme un vélo assez facile à utiliser…et facile à entretenir. Ce n’est pas rien au quotidien.

Enfin, notez que les Giant sont équipés de roues Giant et non de CADEX, l’entité haut de gamme des roues fabriquées par le constructeur taiwanais. Bref, essayez d’en savoir un peu plus sur ces roues car Giant se gardent donc leurs « belles » pour l’after market uniquement. Là encore, on vous laisse en tirer les conclusions qui s’imposent…

RJ

Hey, la suite de cet article est réservé aux abonnés du site !

OU

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

en_GBEnglish (UK)