Partager
Victoire Aventure2

Victoire Gravel : Un tour « Victorieux »

C’est avec Mathieu que nous sommes allés tester ce Gravel d’exception. Sur le plateau de Gergovie, dans leur Puy-de-Dôme, en pleine Auvergne, là où Vercingétorix a rendu les armes face à César. Mais l’histoire n’est pas finie !

Victoire Aventure

Un Gravel n’est pas un vélo de course. Et pour tout vous dire, nous restons un peu « rétro » et l’on y va du bout des roues !
Mais lorsque Julien et Mathieu m’ont proposé, au débotté, de tester ce vélo, j’ai accepté, bien qu’il soit trop petit pour moi. Presque 10 kg, qui en paraissent 8 par l’opération du Saint-Esprit , des pneus de 42 mm de section et, bien sûr, des freins à disques. Voilà pour l’approche «philosophique» de ce Gravel.
Je m’attends à souffrir plus que de normal, d’autant que Mathieu nous emmène sur un parcours mi-route, mi-chemin. Et s’il ne s’agit ici nullement de faire un choix entre un Gravel et un vélo de route classique, cette expérience m’a rassuré sur les performances d’un Gravel… au moins lorsqu’il sort des ateliers Victoire !

Victoire Aventure Fourche

J’ai l’habitude de rouler sur des machines de route d’exception (et d’autres). Permettez-moi de vous dire que j’en suis arrivé à la conclusion suivante : le cycliste est un être qui s’adapte formidablement. Et, de fait, je n’ai pas vraiment senti ni le poids ni le manque d’aisance dus à la forte section des pneus. Pourtant, ces deux éléments existent bel et bien. Alors, de deux choses l’une. Soit l’acier/Gravel made in Victoire offre un rendement exceptionnel (malgré sa taille !), soit le rendement est une notion subjective ; même après avoir testé plus de cinq cents vélos, on s’y perd encore dans cette alchimie complexe que représentent un vélo, une géométrie et des composants. Comme souvent dans ce genre de situation, la réponse est un peu issue des deux, mon capitaine. Concrètement, j’ai monté la route vers le plateau de Gergovie en ayant plus mal aux cuisses à cause de la taille du vélo que du vélo lui-même (5 km à 5-6%). Côté sensations, j’ai franchement pris du plaisir et, à ma grande surprise, les pneus ne se sont jamais affaissés, alors que nous avons mis royalement… 3 bars avant de partir ! Après la côte, nous avons attaqué des chemins de terre, secs, parsemés de gros cailloux et de pavés enterrés. Puis de l’herbe grasse. Du plat, puis une belle descente, toujours sur terre sèche. Aucun problème de confort, malgré l’absence de suspension. Nous sommes passés assez rapidement sur de grandes courbes et tout doucement sur quelques passages légèrement « trialisants ». Enfin, de nouveau la route. Partout, j’ai pris plaisir. Nulle part je n’ai eu l’impression de trahir mon idéal qu’est la route. Ceci n’est pas un plaidoyer pour le Gravel, cette « discipline » qui a un petit côté « mode » légèrement artificiel. Mais à l’heure où la sécurité à vélo est devenue un vrai problème, où bon nombre de grands constructeurs ne savent plus quoi inventer pour vous vendre un vélo, le Gravel ouvre peut-être une brèche.
Notre plus grosse crainte, c’était de faire du… VTT ! Or, nous en sommes loin, très loin.
L’année dernière, j’avais testé, en compagnie de gros rouleurs, le premier Gravel de 3T. J’avais beaucoup apprécié mais senti que les pneus de 40 ne m’avaient pas facilité la tâche. Côté confort, la carbone avait pu aussi montrer certaines limites. Rien de tout cela avec le Victoire. Nous avions aussi testé le Cervélo C5 et le Parlee Altum version Gravel. Ce fut plaisant, mais moins ludique que ce jour. L’acier ? Les pneus ? Difficile à dire.

Victoire Aventure Douille

Un Gravel Victoire ? Et pourquoi pas …

Au départ, on est un peu trop impressionné par le côté un peu «mastard» du Victoire.
Puis, devant l’aisance des gros pneus, on se dit qu’en montant des enveloppes de 32, toujours tubeless, on allait encore gagner en rendement sur la route. De quoi affronter les deux univers. Bien plaisant, surtout en hiver, où les forêts sont radieuses et bien plus sécurisantes que la route.
Alors oui, la question d’investir dans un Gravel Victoire en acier peut se poser pour beaucoup d’entre nous. Les « vieux », pour le confort, et éviter la route quand on se sent moins en sécurité ; les jeunes, pour le côté un peu sauvage de ce type de vélo. Les freins possibles à ce genre d’achat ? Trouver des copains déjà équipés pour aller rouler en groupe, et l’attente, bien sûr !
Alors, pour en avoir le cœur net, louez-en un le temps d’un week-end. Allez goûter au Gravel. Ça ne mange pas de pain, et cela peut répondre à des questions que vous vous posez. Ensuite, direction Clermont-Ferrand pour un Gravel sur-mesure acier, certainement le fin du fin du moment.

Victoire Aventure Cadre

Poids : 10 kg
Transmission : Sram 1x
Cadre : tubes Reynolds et Columbus. Brasé
Renseignements : www.victoire-cycles.com

Partager
PrécédentPoignées Spirgrips
SuivantWahoo : La nouvelle référence des compteurs GPS ?
Richard Jamin est le président-fondateur et le directeur de publication du magazine L'Acheteur Cycliste. C'est lui , il y a 13 ans, qui à eu l'idée et le courage de créer le premier magazine d'achat du vélo de route. C'est un véritable passionné du vélo de course, il possède aussi un sacré caractère.