Partager
Trek Domane ALR 5 Disc : Taillé pour l'endurance

Trek Domane ALR 5 Disc : Taillé pour l’endurance

Avec ce Domane ALR 5 Disc, vous ne vous prendrez peut-être pas pour Fabian Cancellara, mais vous aurez la certitude d’avoir une monture qui vous accompagnera fidèlement dans vos longues sorties. Le confort et la géométrie se conjuguent à l’alu haut de gamme pour offrir performance et sérénité.

TREK DOMANE ALR 5 DISC

D’un Domane à l’autre, d’un Trek à l’autre, tout change et, en même temps, rien ne change. Une lapalissade révélatrice d’un état d’esprit ancré dans la fidélité aux concepts originels de la marque américaine autrefois si chère à Lance Armstrong dans sa conquête du Tour de France.
Ce Domane ALR 5 se conforme donc aux canons techniques et esthétiques de la maison. Avec, en prime, la proposition alu qui permet tout à la fois un retour aux sources de la modernité et un droit à la différence, tout en préservant l’essentiel, à savoir la performance.
Réalisé en tubes aluminium hydro formés de type Alpha série 2000, le cadre sloping est caractérisé par une géométrie confort avec douille haute. A la fois nerveux, confortable et stable, le vélo qui en découle est de toute évidence, et de l’aveu même de Trek, taillé pour l’endurance. C’est à dire les sorties au long cours ou les Granfondo.
Relativement léger, entre 1,1 et 1,3 kg suivant les tailles, qui vont du 50 au 62, le Domane ALR 5 Disc bénéficie d’un montage full Shimano 105. Avec l’option freinage à disques Shimano hydraulique, marketing et sécurité se conjuguent avec efficacité. Un maître-mot pour l’utilisateur. D’autant que tout le reste est à l’avenant. Notamment côté périphériques avec du Bontrager, l’accessoiriste maison, à tous les étages.

BONTRAGER POUR LE MEILLEUR

Outre le montage entièrement dévolu au Shimano 105, basique mais sans problème, cet ALR 5 est équipé des productions maison Bontrager. Globalement du fiable et de l’efficace, même si c’est un peu lourd. Notamment côté roues, où l’on a opté pour du Tubeless Ready, ce qui permettra d’adopter le cas échéant des pneumatiques sans chambre. A noter les pneus de 32, Bontrager naturellement, ce qui vient encore affirmer la vocation confort de la machine. A vous les petites routes du Vaucluse, des Alpes ou du Massif Central, votre dos ne devrait pas souffrir. Surtout si l’on tient compte de la douille haute qui va autoriser une position confortable sans avoir à abuser de rondelles sous la potence.
L’ensemble du montage est de belle prestance, comme souvent avec Bontrager.

En résumé, un vélo de belle prestance, typé confort, avec un montage Shimano-Bontrager réputé sans problème. Le freinage à disques hydraulique en plus.
Reste une masse de plus de 9 kilos, qui ne sera pas idéale pour se confronter aux forts pourcentages. Même si le braquet de 34×32 devrait, heureusement, faciliter les choses.

62_63_ACCESS_Treck.indd

LA NOTE DE L’ACHETEUR CYCLISTE

64_65_SYNTHESE-COMPARATIFS.indd

LA SYNTHÈSE DE L’ACHETEUR CYCLISTE
(cliquez sur les liens ci-dessous pour consulter les tests des autres vélos concernés par cette synthèse)

CANYON ULTIMATE CF SL 7.0
BMC TEAM MACHINE SLR03

LE CANYON DOMINATEUR

SANS AUCUNE CONTESTATION POSSIBLE, L’INCROYABLE CANYON ULTIMATE CF SL 7.0 L’EMPORTE FACE AU BMC ET AU TREK. CES DERNIERS NE DÉMÉRITENT PAS, MAIS ILS SONT LITTÉRALEMENT SURCLASSÉS PAR LES 7,6 KG ET LES 1599 EUROS DE L’ALLEMAND.

Lutte inégale pour le Trek Domane ALR 5 Disc et le BMC Team Machine SLR03 confrontés à l’étonnant Canyon Ultimate CF SL 7.0. Si le Trek a pour lui son freinage à disques Shimano et son montage tout 105, il ne propose qu’un cadre aluminium et accuse un poids de 9,530 kg, le tout pour un tarif de 1799 euros. Le BMC, pour sa part, propose un beau cadre carbone dérivé étroitement du grand frère SLR01, mais il doit se contenter d’un montage tout Tiagra. Côté tarif et poids, il s’affiche à 1699 euros et 8,6 kg.
Le Canyon l’emporte donc largement devant le Trek et son mélange de confort et de sécurité. Le BMC, quelque peu handicapé par son groupe et son choix limité à 5 tailles (7 pour le Trek et pour le Canyon), ferme la marche.

Partager
PrécédentVittoria Qurano 30C : De la rigidité et de la classe
SuivantBMC Team Machine SLR03 : Du rendement !

Richard Jamin est le président-fondateur et le directeur de publication du magazine L’Acheteur Cycliste. C’est lui , il y a 13 ans, qui à eu l’idée et le courage de créer le premier magazine d’achat du vélo de route. C’est un véritable passionné du vélo de course, il possède aussi un sacré caractère.