Partager
Time Scylon Aktiv Ultegra

Time Scylon Aktiv Ultegra

Voici le Scylon, le cadre amiral de Time, dans sa version 2018. Un vélo unique, par sa technologie de fabrication propriétaire. Unique, aussi, car à l’origine des vélos carbone. Unique, toujours, car fabriqué en France et en Europe à 100%. Time présente toujours des vélos à part…

Avec sa nouvelle stratégie commerciale, et en attendant sa prochaine évolution technique, Time pose une question que l’on a oubliée depuis un certain temps : combien coûte un vélo et pourquoi ?

Time Scylon Aktiv Ultegra Richard

Car, à vrai dire, le Scylon coûte cher. Très cher. Pour un vélo en Ultegra, passer allégrement la barre des 8000 euros est plus que rare. Mais voilà, un carré Hermès, même superbement bien cousu, reste un foulard. Pourtant, il coûte le quadruple ! Une Rolls, on ne connait ni sa puissance, ni ses chevaux fiscaux et pourtant, c’est horriblement cher ; pourtant, bien des voitures qui coûtent moitié prix font jeu égal en termes de performances. Un Pinarello coûte 10000 euros et est fait en Chine. Alors, comment évaluer le prix d’un vélo ?

Eh bien, on ne peut plus, mes amis ! Depuis que Pinarello a décidé de transformer le vélo en instrument de luxe, les bases ont volé en éclats ! Il y a ceux qui peuvent mettre 10000 euros dans un vélo, pour le plaisir, et ceux qui ne peuvent pas. Mais il existe une autre famille de constructeurs, nettement plus restreinte : celle de ceux qui ont quelque chose à dire, techniquement parlant. Ils se comptent sur les doigts d’une main au niveau mondial : Time en fait partie. Avec eux, on retrouve Rolo (carbone sur-mesure stratifié), Cyfac (carbone sur-mesure stratifié, acier/carbone, titane), Parlee (carbone sur-mesure made in America), Nevi (titane, fourche titane), Look (carbone, boîte de pédalier et pédalier propriétaire), Kérautret (acier sur-mesure/ 650), Ridley (freinage à lame carbone) et quelques autres que nous ne connaissons sûrement pas…

Time Scylon Aktiv Ultegra Haubans

Time, c’est donc le RTM (Resin Transfer Molding). Cet enroulement filamentaire de fils carbone qui crée les tubes de la marque. Une technique qui commence à dater mais que Time est seul à utiliser (Swiftcarbon l’a fait mais a arrêté). C’est aussi le travail du carbone brut, la résine arrivant plus tard dans le processus de fabrication. Le Scylon est ainsi fait. Nous verrons s’il est encore à même de supporter la comparaison avec des machines construites avec du carbone en lamelles, le fameux « prepeg », déjà plein de résine et conservé à -18°C. Le Scylon est donc un cadre unique.

Puis arrive la fourche. On monte encore d’un cran dans l’innovation. Roland Cattin voulait des vélos confortables. L’enroulement filamentaire a rarement fait des vélos très confortables. D’où la création du système Aktiv. Logé dans les fourreaux, il intègre une barrette sur laquelle est fixé une sorte de « bumper » en élastomère. C’est lui qui « récupère » les vibrations et gère leurs fréquences pour les rendre inoffensives ! Un travail de titan.

Time Scylon Aktiv Ultegra Cadre

Son profil « aéro », sans communication de chiffres ni d’études magiques, est cependant dans… l’allure ! Les câbles sont intégrés, bien sûr, tout comme le serrage de tige de selle au niveau des pattes, alors que la fourche est résolument profilée et même un peu plus pour laisser passer le système Aktiv. Enfin, ce cadre est disponible avec tige de selle intégrée ou non. Très bien.

Sur la route… « coupleux », le Scylon !

Time a la réputation de faire des vélos de course. Réputation due à cette rigidité naturelle qui lui vient de la technologie RTM et du type de résine utilisé lors de la polymérisation des tubes.

Time Scylon Aktiv Ultegra Tige de selle

Je saute avec joie sur mon Scylon parfaitement à mes cotes. Time l’a vraiment monté aux petits oignons. C’est bon signe.

Première impression, le mariage réussi entre les Mavic R-Sys SLR et le cadre : résultat, une rigidité d’ensemble d’excellente facture. Ca roule très facile avec des pneus Mavic gonflés à 8,3 bars. Je sens aussi rapidement le couple de cette machine : on a tendance à mettre un peu de braquet très naturellement. D’habitude, c’est risqué, mais on a l’impression que le Scylon se sent bien comme ça. Et le cycliste avec. Mais je reste prudent, car je sens aussi ce comportement typique d’un Time haut de gamme, cette obligation de lancer un peu le vélo pour le mettre en rythme. La question est de définir si cela demande plus d’énergie à relancer quand le besoin s’en fait sentir, ou si, une fois lancé, le Time ne demande alors que peu d’efforts pour avancer. En clair, j’ai le sentiment que dans la côte de la Roque-sur-Pernes, avec des roues à pneus, je risque d’être un peu juste pour profiter de la bête…

Time Scylon Aktiv Ultegra Potence

M’y voilà. Je ne réfléchis pas trop. Nous sommes le 3 Janvier. Les agapes ne sont pas très loin ! Alors, je mets tout à gauche. En l’occurrence en 34×25. Ne riez pas. Début janvier, et avec 90 kg sur le râble, c’est un braquet non-négligeable ! Mais dès le début de la côte, et encore plus devant le cimetière et ses 11%, je constate que le Time non seulement ne s’écroule pas mais, de plus, s’avère facile. J’avoue être un peu surpris. Le reste de la côte se passe de façon identique, quel que soit le pourcentage. La cadence n’est pas énorme, mais je ne force pas beaucoup non plus. Ce vélo me convient bien, c’est évident. Et la position est parfaite. Ca aide beaucoup. Arrive le « mur » de la fin de la première partie (100 mètres entre 9 et 13%) : je le passe, sûrement à cause du 25 dents derrière, tout en danseuse. C’est rare. Mais le Time me permet d’encaisser sans avoir mal aux cuisses, sauf sur les dix derniers mètres ! Avec des roues à pneus, c’est un exploit, ne vous y trompez pas. Le Scylon fonctionne donc de la même manière en toutes situations. Mais avec un tel montage, je sens qu’il est quand même plus performant en plats et faux-plats, même longs.

Time Scylon Aktiv Ultegra Poste de pilotage

Je finis la côte sur le grand plateau. Le 50. Là encore, le vélo encaisse le braquet. La cadence baisse, mais je ne souffre pas plus que ça. Parfait, cela économise. Ce qui me rappelle ce que m’a dit récemment l’illustre Jean-Louis Talo, l’inventeur de l’O’Symetric : « Toi, vu ton gabarit, c’est normal que tu préfères enrouler : et tu as raison, ça te coûte naturellement moins d’énergie ». C’est exactement ça. J’ai donc déjà un peu l’impression que le Scylon en R-Sys SLR vise plus les cyclistes puissants que les grimpeurs.

Time Scylon Aktiv Ultegra Fourche

Dans la descente, rien de spécial. Ce qui indique que la fourche Aktiv fait un super boulot. Un Time n’est pas spécialement confortable. En fait, c’est curieux : sur les gros graviers fondus dans le bitume, on continue à tout sentir, comme si l’on avait la main sur la route, mais ce n’est pas gênant. Et puis lorsque la route se dégrade, l’Aktiv fonctionne à plein régime, et éradique les chocs et grosses vibrations. Je suis bien plus convaincu qu’il y a deux ans. Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas ! D’ailleurs, je retrouve là ce que Bianchi a fait avec sa Specialissima « Countervail » : un vélo très confortable, mais qui reste efficace. Sauf qu’il faut avouer que le Time semble avoir un rendement supérieur.

Time Scylon Aktiv Ultegra Douille

Arrive le faux-plat de retour. Là, j’attends le Time au tournant : pour moi, il doit passer ici à merveille. Et clairement, je deviens le facteur limitant. Je monterai en 50×21, à une dent près. Et le Scylon s’envole. Un rouleau compresseur qui vous épargne quand même les cannes. C’est fort. Bien sûr, ici, je sens qu’avec les Zipp 202 que propose Time sur son configurateur, la copie rendue par le Time serait encore bien meilleure mais, vraiment, si vous avez un peu le coup de pédale, vous pouvez faire de gros dégâts dans cet exercice !

Time Scylon Aktiv Ultegra Courbe cadre

Reste le raidillon, où, sur un gros sprint tout en puissance, le vélo m’indique sans discussion sa capacité à encaisser un déploiement de puissance maximale sur 100 mètres. Comme prévu, une fois de plus, le Scylon passe sans se contracter, sans se bloquer. Mais il n’est pas doux pour autant : c’est d’ailleurs là tout le savoir-faire de la marque. Le vélo est indéniablement rigide, il ne se bloque pas. D’habitude, soit le cadre se tord (ou les roues, d’ailleurs), et on passe mais sans une grosse vitesse, soit rien ne bouge et on se plante si l’on n’est pas surpuissant. Bref, bien joué.

Time Scylon Aktiv Ultegra Cassette

Au final, je n’ai quasiment jamais souffert. A ma grande surprise. J’ai fait un tour-test facile, alors que la période ne s’y prêtait pas vraiment. Alors, avec un temps de 33 minutes et 55 secondes, un braquet peut-être un peu exigeant pour moi, et la côte de la Roque, le Scylon a surtout démontré qu’il offrait un rapport efficacité/ fatigue très réussi !

Time Scylon Aktiv Ultegra Boitier

Un nom, une légende, un renouveau…

Le Scylon est un Time pure souche : pas si facile d’accès, mais performant. C’est bien plus un vélo de course qu’autre chose. Et il s’adresse, tout de même, plus aux hommes forts qu’aux cyclotouristes, même affutés. Car le Scylon demande de la puissance si on veut l’utiliser comme il faut, c’est-à-dire à fond. Avec ma petite forme, j’ai pris du plaisir, mais un cycliste de mon niveau avec 20 kg de moins se serait sûrement moins amusé. Donc il ne faut pas le prendre le Scylon à la légère. Ceci dit, il suffira de lui greffer des roues à boyaux, ou même de bonnes tubeless, pour le rendre encore plus performant.

Mais en l’état, c’est tout de même un sacré vélo et, même pour le plaisir, il n’est pas interdit de craquer. En outre, pour les esthètes, cette machine a quelque chose de plus en plus rare : son type de carbone et sa fabrication disons, locale. Curieusement, il m’a davantage plu que la première fois !

En tout cas, voilà un vélo qui vaut son prix. Et ça, c’est encore plus rare !

Time Scylon Aktiv Ultegra Tableau

Renseignements : www.time-sport.com/fr

Partager
PrécédentLightweight Urgestalt 2018
SuivantSpecialized Roubaix Comp
Richard Jamin est le président-fondateur et le directeur de publication du magazine L'Acheteur Cycliste. C'est lui , il y a 13 ans, qui à eu l'idée et le courage de créer le premier magazine d'achat du vélo de route. C'est un véritable passionné du vélo de course, il possède aussi un sacré caractère.