Partager
Specialized Venge Vias

Specialized Venge Vias Pro Disc UDi2 Champion du monde !

Champion du monde cette année aux main de Peter Sagan, le Venge Vias est certainement le vélo le plus exubérant du peloton. Une machine qui a réclamé des années de conception avant sa commercialisation. Elle donne instantanément un coup de vieux à quasiment toute la production actuelle en matière de vélos « Aéro ». Cest le concept du gain de temps poussé à son maximum. Sur ces pages en version disques. Ça déménage !

Specialized Venge Vias
Une ligne incroyable pour cette machine destinée à rouler vite, très vite. L’évolution avec le précédent Venge est marquée. Un vélo annoncé comme plus rigide et plus racé. Plus intégré aussi, et encore plus « aéro ». Une merveille de conception et d’intégration. Impossible de passer inaperçu à son guidon, d’autant que c’est le vélo utilisé par le champion du monde Peter Sagan !

Specialized Venge Vias Pro Disc UDi2

FULL SPECIALIZED, MÛREMENT RÉFLÉCHI

C’est bien simple, à part les freins et le système de passage de vitesse (leviers et dérailleurs), tout est maison. Des roues au poste de pilotage
en passant par le pédalier et l’assise. On profite donc un maximum de l’ingénierie des composants made by Specialized.

Specialized Venge Vias
Le concept ViAS dans toute sa splendeur. Ou comment totalement intégrer les câbles électriques et les gaines hydrauliques des freins. L’aérodynamisme et l’ergonomie aussi avec ce cintre très particulier qui permet d’éviter de monter des cales sous la potence. Une potence incroyable qui, après son passage au travers du cintre, intègre et disperse toute la câblerie dans le cadre. Le ViAS est censé offrir la plus faible résistance et traînée aérodynamique pour un poste de pilotage de vélo de route.

Côté transmission, c’est donc du Shimano Ultegra Di2. D’ordinaire, l’Ultegra n’est pas le groupe le plus glamour qui soit, mais sur ce Venge ViAS, c’est tout autre chose. Et comme on ne retrouve que les dérailleurs siglés Ultegra, ça n’est pas un problème. En plus, dans cette version Di2, la couleur gris foncé « glossy » des dérailleurs fait tout de suite plus classe. Les poignées et les étriers de frein sont hors groupe. Rien de particulier de ce côté. La ligne des poignées peut interpeller, intégration
hydraulique oblige, mais la prise en mains de ces leviers R785 Di2 est très bonne.

Specialized Venge Vias
La fluidité. C’est bien le mot pour décrire le cadre Venge ViAS. Le boîtier de pédalier tout en rondeurs canalise l’air et permet d’éviter les habituelles perturbations liées au mouvement des rayons de la roue arrière. Un boîtier de type BB30, qui ne manquera certainement pas de rigidité. Il faut bien ça pour supporter les jambes de Boonen, Sagan ou Martin !
Specialized Venge Vias
L’étrier de frein arrière accueille un disque Shimano de 140 mm muni de refroidisseurs. Les plaquettes sont elles aussi équipées de petit radiateurs sur le dessus, toujours pour optimiser le refroidissement. Notez l’intégration de l’étrier et la sortie de gaine, très proche. Superbe travail !

Le pédalier est évidemment maison. Celui de notre version Pro Disc ne bénéficie pas de l’étoile en carbone des modèles S-Works. À vrai dire, il faut vraiment regarder la pièce de très près pour s’en rendre compte.
Le poste de pilotage mérite qu’on s’y attarde. C’est d’ailleurs l’une des parties les plus importantes du concept Venge ViAS. Le coefficient de pénétration dans l’air a dicté les lignes atypiques de l’ensemble. L’intégration totale de la câblerie a nécessité un long travail d’études. Songez au fait que les gaines passent du cintre à la potence et de la potence à la douille de direction sans voir le jour, à aucun endroit !
Il existe deux formes de cintre. Sur notre vélo de test, il est relevé, ce qui permet d’abaisser la potence sur la douille de direction et de ne pas empiler les bagues. Bien vu. La version plate standard aura évidemment la préférence des coursiers.

Specialized Venge Vias

Specialized Venge Vias
Le serrage de tige de selle est intégré sur le dessus du tube supérieur. Intégration, accessibilité et aérodynamisme. Notez le canal dédié à canaliser l’air entre le haut des haubans et le tube de selle.
Specialized Venge Vias
Vue de dessous, la selle Body Geometry Power Pro est très large. De dessus aussi. Son confort est de très haut niveau. De quoi pédaler efficacement. Se sentir bien calé permet d’aller plus vite ! Chez Specialized, chaque selle est conçue dans un but précis. Après une étude posturale Body Geometry, vous serez « fitté » et connaîtrez votre modèle idéal.

La potence se règle par deux petites vis sur le côté gauche du vélo. Lorsqu’on enlève le petit capot qui la coiffe, on découvre le cheminement des câbles. Il faut avouer qu’il y a de quoi prendre peur ! Pour les non-initiés à la mécanique, n’y touchez pas ! C’est sur ce point que l’importance des compétences de votre vélociste fera la différence. Les magasins Specialized ont évidemment été formés pour… L’assise est plus classique. Tige de selle non intégrée avec ou sans recul. Notre modèle est
équipé de la version avec recul de 10 mm. Son réglage est aisé, et la visserie de très belle qualité. La selle, de forme bizarre, devrait pourtant se révéler confortable. Sa coque est souple, évidée au milieu, et son bec très court. Je sais que Frank l’utilise déjà sur son propre
vélo après s’être fait « fitter ».
Lorsqu’on étudie de près la fiche technique du Venge Pro Disc, on note que la marque américaine ne fait pas dans la demi-mesure. L’équipement est ultra-étudié et rien n’est laissé au hasard. L’ergonomie en premier lieu, avec un cintre disponible en deux versions, une tige de selle disponible avec ou sans recul, et surtout l’étude posturale qui vous aidera à choisir entre tous ces éléments !

Specialized Venge Vias

LA CLAQUE !

Specialized Venge Vias

Une révélation. Sa ligne le laissait présager, l’essai routier l’a confirmé. Les premières sensations sur ce Venge sont un peu déroutantes. L’assise est particulièrement confortable, tandis que le reste du vélo est très vif, malgré des pneus de 25 mm qui, d’habitude, « endorment » les vélos.
Le poste de pilotage, un poil haut et large pour moi, me donne le sentiment de conduire un camion. Sentiment et impression qui s’en vont tout de suite, dès lors que le commence à pédaler. Sur le faux-plat qui m’emmène vers la côte de la Roque-sur-Pernes, le vélo se montre très docile. Il réagit au quart de tour et relance avec une belle facilité. Pas de temps mort, comme un élastique qu’on tend et qu’on détend. Les roues de 64 mm de profil participent à cette sensation de vitesse et de performance. Le Venge avance tout seul. Les disques se font oublier, rien ne frotte, la transmission est très fluide.
J’attaque la montée sur le grand plateau, ici un 52 dents. Le cintre haut et large me permet une bonne préhension, mains en bas. Le vélo se balance bien, c’est un régal. Seule l’inertie des roues se fait un peu sentir dans le passage à plus de 10% où mon allure baisse sous les 20 km/h. Sitôt passée cette barre, le vélo redevient plus facile et je reprends instantanément de la vitesse. Pour être clair, je dirais que jusqu’à des
pentes de 6-7%, la machine se fait totalement oublier. Un essai avec des roues moins hautes me donnera plus d’indications sur le sujet. Toujours est-il que si vous avez des watts, vous n’avez pas de questions à vous poser !

Specialized Venge Vias

Je termine ma montée à un rythme élevé sans que le vélo ne faiblisse. Ni moi pour l’occasion, le Venge donne des ailes. Attention à ne pas être
trop généreux, pour le coup…
Un peu de récupération avant la descente. J’ai bien réglé la garde des leviers en faisant une sortie au préalable avec le vélo. Le « toucher » des freins Shimano est agréable et doux.
J’arrive « à bloc » dans la première courbe et je freine délibérément très tard. Ça freine fort, surtout le frein arrière qui permet de vraiment doser le freinage. Un vrai frein, pas un ralentisseur. Voilà la grosse différence ressentie du haut de mes 58 kg. Je ne freine pas plus court, mais plus en sécurité. Grosse relance, j’arrive à pleine vitesse sur la courbe en dévers.
Le vélo est très stable et, malgré mon allure rapide, je me sens en pleine sécurité. Lors de changements de trajectoires et d’appuis, les roues à haut profil se font totalement oublier. Le cadre tient fermement l’ensemble et il réagit à la moindre de mes sollicitations. Ici, clairement, ce vélo « aéro » ne fait pas moins bien qu’un cadre plus classique, au contraire. Et dans la partie en faux-plat descendant, il excelle. Le cintre Aerofly relevé me permet d’être très confortablement installé les mains en bas. Certainement un poil moins « aéro » qu’avec le modèle plat utilisé par
Peter Sagan, mais infiniment plus confortable. Avec certaines machines, j’ai du mal à garder la position mains en bas tout au long de ce fauxplat
à cause de douleurs dans les bras. Avec le ViAS et l’Aerofly, aucun problème.
Retour vers Saint Didier, la route, plate au début, s’élève un peu vers la fin. J’adopte tout de suite mon allure habituelle, autour des 30 km/h. Mains sur les poignées puis mains en bas. C’est ici que le vélo excelle. Son inertie positive me fait garder la vitesse sans jamais me sentir en difficulté. Un très grand plaisir !
Dans le village, je passe sur la route défoncée et bien que le Venge ne démérite pas, il ne fallait pas s’attendre à des miracles côté filtration des vibrations. On a affaire à une vraie machine de course équipée de roues à très haut profil. Je ressens donc bien les divers trous et saillies de la chaussée. Il y a plus inconfortable encore, mais bien plus confortable aussi. Encore une fois, un essai avec des roues plus basses nous éclairera sur le sujet. Je remarque quand même que plus je roule vite et plus le vélo filtre. Vous êtes averti !
Pour en finir avec ce tour-test riche en informations, le traditionnel raidillon. Je pense qu’avec le Kérautret, le Pinarello Dogma F8 et le Canyon Aeroad, ce Venge est le vélo qui est le mieux passé à cet endroit. Comprenez qu’à la remise des gaz, j’ai bien senti que je m’envolais.
Fabuleux !

PURE MACHINE DE GUERRE

Quel vélo ! Ce Venge ViAS Pro Disc est sans aucun doute taillé pour rouler vite. Mais il ne se limite pas seulement au plat et sait rouler sur des parcours plus variés.
Ne vous méprenez pas, c’est bien une pure machine de compétiteurs qui, si elle sait se montrer conciliante, reste néanmoins intransigeante si l’énergie vient à manquer.
J’ai rarement pris autant de plaisir, son tempérament très sportif m’a enchanté et la qualité de son équipement est sans défaut.
Je repars avec, sans hésiter !

Specialized Venge Vias

Specialized Venge Vias

Nous avons essayé le vélo avec d’autres roues, plus basses, histoire de bien cerner le comportement de ce vélo.

Des Roval 32mm équipées des mêmes pneus que les 64mm livrées de série, à savoir des Gripton S-Works.

Le comportement de trouve profondément modifié. Outre l’important gain de poids (400 grammes), la facilité d’usage se retrouve grandement améliorée, notamment lorsque la route s’élève. Le Venge en deviendrait presque un vélo docile.

Mais attention, pas de conclusions hâtives. Le vélo devient plus facile, mais perd son comportement de pur rouleur, et évolue moins facilement aux hautes vitesses.

Et acheter un Venge, ça n’est pas justement pour se faire plaisir sur le plat ? Dans sa version de série, avec les roues Roval 64mm il réussit à merveille l’exercice…

Roues Roval