Partager
Spirgrips

Poignées Spirgrips : si simples, si abouties

Spirgrips

Cela fait presque trois ans qu’il nous en parle. Qui ça « il » ? Pascal Badollet, l’inventeur de la poignée Spirgrips. Elle sévit en VTT depuis déjà… 2014. La voilà qui arrive – enfin – sur nos vélos de route. Et vous allez voir que nous avons bien fait d’attendre !

Tenir son cintre avec ses deux mains, en position longitudinale (en haut) ou parallèle (en bas) est une position que les cyclistes ont adoptée il y a… 70 ans ! Depuis, il ne s’est à peu près rien passé. Pourtant, nous sommes nombreux à avoir des douleurs dans les poignets, des fourmis dans les doigts, ou encore les paumes douloureuses après de longues sorties. Mais il est dit que le vélo est un sport rude et les cyclistes des personnes dures au mal. Mais point trop n’en faut ! Pascal Badollet a donc eu une idée lumineuse : nous adoucir la vie et les mains. Et le Suisse a réussi !

Pourquoi ce ne sont pas les constructeurs de cintres qui ont lancé un tel produit ? Mystère. Reste que le coup d’essai s’est transformé en coup de maître.

Après avoir longuement étudié l’anatomie des mains, puis l’ergonomie idéale entre un cycliste et son cintre, Pascal Badollet met sur le marché des poignées qui respectent d’une façon tout à fait stupéfiante la position naturelle de nos mains sur un cintre. Les essayer, c’est les adopter. Après avoir réglé leur écart sur le cintre, afin de coller à votre largeur d’épaule, les Spirgrips transforment littéralement votre cintre en une prolongation naturelle de vos mains. Tout le poids qui repose sur vos mains semble disparaître soudainement en se répandant dans ces incroyables petits prolongateurs. Les paumes finissent pas se poser tout naturellement sur le cintre, alors que les doigts et les pouces emprisonnent les poignées avec un naturel désarmant.

Spirgrips

On se retrouve ainsi dans une position aérodynamique d’une efficacité remarquable. Mais n’allez surtout pas croire que cela demande un quelconque effort. C’est d’ailleurs l’une des grandes forces des Spirgrips : leur utilisation est d’un naturel absolu. On se retrouve donc dans une position qui allie efficacité et ergonomie. On dirige le vélo avec toujours autant de précision, on ne sent plus de point « dur » dans les mains, et on fend la bise avec une aisance déconcertante.

Alors, si vous faites partie de ces cyclistes qui souffrent des mains, ou de ceux qui ne sont pas contre l’idée d’économiser leurs forces face au vent, n’hésitez pas une seconde ! Ce produit est absolument génial et vous changera la vie !
Un seul bémol : vérifiez bien la forme de votre cintre. Avec sa fixation simple, basée sur un anneau ouvert de 31,6 mm, les cintres « aéro » et autres guidons un peu tarabiscotés poseront problème aux Spirgrips. Surtout en terme d’écartement des deux poignées entre elles, car les cintres sont souvent ronds en leur milieu, pour ensuite changer de forme. Sinon, c’est quasi parfait.

Discrètes, légères et pas trop chères, les Spirgrips sont pour nous d’ores et déjà la révélation de l’année. Bravo et merci M. Badollet !

Spirgrips

Diamètre : 31,6 mm. Rond – Prix : 59 € – Poids : 92 g
Renseignements : www.spirgrips.com

Partager
PrécédentTIME ALPE D’HUEZ 1
SuivantVictoire Gravel : Un tour « Victorieux »
Richard Jamin est le président-fondateur et le directeur de publication du magazine L'Acheteur Cycliste. C'est lui , il y a 13 ans, qui à eu l'idée et le courage de créer le premier magazine d'achat du vélo de route. C'est un véritable passionné du vélo de course, il possède aussi un sacré caractère.