Partager
Pinarello Bolide
Ritchie Porte, à l'exercice...

Pinarello Bolide « Ritchie Porte 2015» : N’est pas champion qui veut !

L’occasion de tester l’ancien vélo de contre-la-montre de Ritchie Porte s’est présentée, nous n’avons pu résister à vous faire partager cette expérience. Une bonne raison pour comparer cette machine ultime à deux vélos aérodynamiques classiques, histoire de cerner les différences entre pur vélo « Aéro », car, il faut le dire, ces derniers se sont bien inspirés du premier.

Pinarello Bolide
Admirez la ligne ultra compacte du vélo. Il est vrai, notre modèle est de petite taille, à l’origine pour Richie Porte. La différence de hauteur entre l’assise et le poste de pilotage est énorme. La garantie d’un aérodynamisme sans faille. Les roues Mavic Cosmic CXR 60 à boyaux, choisies pour ce test, permettent au vélo de grimper la côte de notre tour-test.

Pinarello Bolide « Ritchie Porte 2015»

UN ÉQUIPEMENT HORS DU COMMUN

C’est le cas de le dire, l’équipement de notre Pinarello de contre-la-montre est assez élitiste. Un coup d’œil au poste de pilotage aura tôt fait de faire fuir le premier cyclosportif venu. Les commentaires y vont bon train, surtout au pied du Mont Ventoux, là où sont situés nos locaux. « Avec ça, vous devez faire un temps canon dans le Ventoux ! » ou « Pas mal au dos, avec cette position ? ». Évidemment, ce sont des commentaires de non-initiés, pourtant ébahis par cette machine ô combien hors du commun. Le groupe Dura-Ace Di2 a toute sa place sur un vélo de ce type. Outre son fonctionnement simplement parfait, il propose de multiples options de placements de commandes déportées, pour le plus grand bonheur du cycliste (coureur). Des commandes de changement de vitesses placées au niveau des leviers de freins et au bout des prolongateurs du cintre. Quelques mots sur les leviers de frein en carbone qui s’apparentent plus à des lames de couteau qu’à des composants de
vélo. Plus que sur n’importe quel autre type de machine, c’est bien sur un vélo de contre-la-montre que le choix d’un groupe électrique prend tout son sens. Outre le gain d’ergonomie et de confort, la facilité de passage de vitesses s’en trouve grandement améliorée. Que dire du cheminement des câbles si tortueux dès lors qu’on parle d’un vélo aérodynamique !
Notre ex-machine de Richie Porte est équipée d’un capteur Stages sur la manivelle droite (Dura-Ace), même s’il utilisait un SRM lors de ses compétitions.

Pinarello Bolide
Le poste de pilotage conçu en collaboration entre Pro et Pinarello est une véritable oeuvre d’art. Ultra technique, il est aussi très ergonomique. Ou comment il semble parfois compliqué de faire simple… Les boutons de changement de vitesses se retrouvent à la fois sur les poignées de freins et au bout des prolongateurs. D’où l’avantage d’avoir un groupe électrique. Remarquez le support du compteur…
Pinarello Bolide
L’avant du vélo est très complexe. La fourche est totalement intégrée dans la douille de direction, ainsi que la potence, qui se situe en fait sous un autre cache. L’écoulement de l’air est fluide et aucun bord n’est abrupt. L’étrier de frein est le même qu’à l’arrière, là-aussi sous un cache.
On remarquera les freins totalement intégrés sous des capots en composite. Leur réglage semble d’une rare complexité et pourtant, c’est tout le contraire. Il est très aisé de détendre le câble pour adapter une jante plus large ou de recentrer l’étrier. Des étriers à la finition artisanale, on est bien loin de la production de masse !

Pinarello Bolide
L’étrier de frein mérite un article à lui tout seul. Une fois le cache démonté (il tient avec une petite vis Torx), on peut admirer son fonctionnement. Bien plus aisé à régler qu’il n’y paraît, il offre un freinage souple mais puissant.

Le poste de pilotage est signé Pro. Il a certainement été développé conjointement avec Pinarello pour la meilleure intégration possible. La potence est une véritable oeuvre d’art. Elle intègre le passage des câbles de freins et du faisceau du groupe Di2.
Côté assise, c’est une selle Fi’zi:k Arione K1, personnalisée et customisée avec plus de gel, notamment au centre. La tige de selle est construite pour s’adapter parfaitement au cadre, elle adopte une forme en goutte d’eau. Le vélo étant arrivé à la rédaction sans roue, nous avons choisi de privilégier la facilité d’usage, idéal pour notre tour-test qui comprend un peu de dénivelé. Une roue lenticulaire aurait certainement rendu l’exercice plus difficile, surtout dans la montée. Des Mavic Cosmic CXR 60 mm ont donc pris place sur notre Bolide, dans leur version à boyaux. Des roues que nous connaissons bien, très aérodynamiques, et utilisables sur tous types de parcours.

Pinarello Bolide
Vue sur le boîtier de pédalier démesuré de notre Bolide. Il remonte très haut afin de ne pas occasionner de perturbation dans l’écoulement de l’air. Les roulements sont de type Press Fit et non pas vissés en pas italien, comme d’habitude sur les Pinarello.
Pinarello Bolide
Les pattes arrière sont de type piste et réglables. De quoi avoir le choix au niveau de l’empattement et de modifier le comportement du vélo. Du vrai sur-mesure ! Et aussi, par la même occasion, d’avoir la roue arrière parfaitement centrée. C’est là un gage de rigidité. Le changement de roues est plus long et compliqué, mais lors d’un contre-la-montre, on change généralement carrément de machine.

OUCH !

Après quelques réglages, notamment au niveau de la hauteur de selle, de son positionnement et des prolongateurs, je suis posé sur ce vélo. La selle Arione est toujours aussi dure et désagréable. Je ne comprends pas comment Richie Porte peut pédaler ainsi, penché vers l’avant, avec une telle selle ! Je suis obligé de légèrement me décaler pour ne pas ressentir
de douleurs. La différence de hauteur entre l’assise et le poste de pilotage est simplement impressionnante. Je suis littéralement couché sur le vélo, mes avant-bras tombent pile poil sur les petits coussins en mousse des
prolongateurs. Le freinage est vif et souple, bien réglé, c’est parfait.

Pinarello Bolide

Je pars donc sur le grand plateau, en position « aéro ». Dans la petite descente du raidillon, j’atteins tout de suite les 55 km/h. Instantanément. D’habitude, je suis plutôt à 45 à cet endroit, et encore, si je pars fort.
Là, ça roule tout seul.
Léger faux-plat et virage à gauche, je reste les mains sur les prolongateurs et remonte une vitesse. Le vélo réagit instantanément et change de direction sans encombre. La facilité de pilotage, même sans être à haute vitesse, es impressionnante. Le Bolide est stable, tout de
suite.

pinarello-bolide-danseuse

J’attaque la montée. Cette fois, je passe les mains sur les extrémités du cintre et me mets en danseuse. L’avant du vélo est plutôt lourd, en tout cas c’est la sensation qu’il donne dans cette position. Soit, mais l’arrière répond au quart de tour de pédale et je n’ai aucun mal à passer le passage difficile sur le grand plateau. Par contre, attention à ne pas taper les genoux dans le cintre qui est placé très bas. J’arrive à me remettre en position « aéro » lorsque la pente devient moins difficile, et j’en profite
pour accélérer un peu l’allure. Je termine la côte au sprint, je suis monté très vite, mais j’ai le sentiment de m’être beaucoup donné physiquement.
Je reprends mon souffle avant de descendre sur la Roque-sur-Pernes. Petit rond-point à droite et j’y suis. La facilité d’accélération du vélo est impressionnante. Même sans me lever de la selle, j’atteins rapidement des vitesses très élevées. Gros freinage, sans problème. Vraiment rien à dire de ce côté, il n’y a que la faible rigidité du levier qui pourrait gêner les
plus lourds. Je passe le virage en dévers un peu moins facilement que d’habitude. Position différente oblige, je n’arrive pas à retrouver le même centre de gravité et il m’est moins aisé de diriger le vélo avec les mains sur les leviers. Une question d’habitude, aussi.

Pinarello Bolide

Pinarello Bolide

Pinarello Bolide

Le reste de la descente, formé de lignes droites et de grandes courbes, me permet de mettre le braquet maximal et de le conserver. Une vitesse de 65 km/h est ainsi parfaitement tenable. Un régal ! Avec un vélo normal, il me serait très difficile de conserver cette vitesse.
Cette position très efficace réclame quand même d’avoir des reins solides, et il est difficile de rester bien calé sur la selle, sans bouger exagérément. L’exercice du faux-plat de retour vers Saint Didier le montre bien. Je me cale à une vitesse un peu plus élevée que d’habitude, pour voir. 36 km/h, avec une grande cadence. La pente s’accentue un peu et je suis obligé de ralentir légèrement l’allure. Je termine en danseuse, aux alentours de 28 km/h. Aidé par l’aspiration d’une voiture, je n’aurais éprouvé aucune difficulté pour terminer à 40 km/h, mais ce n’est pas le cas, je n’ai que mes jambes pour aide.
L’entrée dans Saint Didier est marquée par la route en mauvais état. Je passe plus vite que d’habitude, à environ 48 km/h. Le vélo tressaute
beaucoup, j’entends pas mal de bruits venant de l’intérieur du cadre et les capots des freins en composite vibrent. Clairement, le confort est inexistant. Logiquement, notre Bolide est plus taillé pour l’autoroute que pour les routes du Vaucluse !

Pinarello Bolide

J’aborde le raidillon final à pleine vitesse. Je choisis d’arriver le plus vite possible pour ne pas avoir à relancer au sommet. Vitesse d’environ 55 km/h. Ça marche puisque j’arrive à conserver mon allure en remontant trois vitesses grâce aux boutons situés sur les prolongateurs.
Outre la mise en vitesse stratosphérique, c’est surtout la capacité à conserver l’allure qui est surprenante.

DES JAMBES !

Ce Pinarello Bolide roule vite, excessivement vite. Sa mise en vitesse est grisante et surprenante. Attention cependant à ne pas se brûler les jambes car, dès lors qu’une infime difficulté apparaît, il faut des watts. Sur le plat, aucun souci, vous pouvez y aller, il est plus efficace que n’importe lequel des vélos classiques du marché. En côtes, c’est une autre histoire, il faut pouvoir faire « monter le coeur » pendant quelques minutes sous peine de se retrouver « planté ».
Sa ligne le laissait présager, ce vélo se mérite.
N’est pas champion qui veut !

Pinarello Bolide

Pinarello Bolide