Partager
Time XPRO 15

LES PÉDALES :
DE VRAIES DIFFÉRENCES ?

Il existe toujours quatre grands constructeurs de pédales sur le marché. Deux géants (Look et Shimano), un grand (Time) et un « petit » (Speedplay). Petit tour de table de leur haut de gamme 2017, en attendant 2018… dès le mois prochain !

C’est la question que l’on se pose tous, à savoir existe-t-il de vraies différences entre les pédales. Si l’on écoute les fabricants, oui. Mais la course au poids d’un côté, celle de la surface d’appui de l’autre, ou encore
celle de la liberté angulaire brouillent les pistes. Nous avons choisi de comparer les quatre cadors du secteur : Look, Shimano, Time et Speedplay, avec leurs modèles de haut de gamme. Mais qu’est-ce qui fait
vraiment la différence entre ces pédales ? D’ailleurs, y en a-t-il vraiment ? Ces constructeurs ne sont pas tombés de la dernière pluie et si la technologie utilisée dans la réalisation d’une pédale haut de gamme est importante, on n’est tout de même pas dans la complexité de l’élaboration d’un cadre ou d’une transmission. On peut ainsi partir du postulat qu’il n’existe pas de mauvaises pédales. La différence se fera donc dans l’ergonomie, la fiabilité, le chaussage, le déchaussage et les cales. Et, au final, la course au poids à tout prix n’est-elle pas devenu un handicap ? Voici quelques éléments de réponse.

SHIMANO DURA-ACE SPD-SL

Shimano Nibali

Notre avis : les plus imposantes en taille, sans discussion. Là où les Look font « protos », les Time un peu « gadgets », et les Speedplay techniques, les Shimano, bien dans l’esprit de la marque, semblent costaudes et fiables : il suffit de découvrir les vis et entretoises de fixation des cales pour comprendre. Dotées d’ailettes de placement, limite usinées, la qualité de fabrication est indiscutablement au top. Dans la même veine que les Speedplay. On remarque aussi que dans la guerre à la surface de contact, les Shimano perdent en chiffres, mais gagnent sur la surface d’appui : en clair, si l’on prend les points extrêmes d’un rectangle ou d’un carré qui indiqueraient la surface de la semelle en contact avec la pédale, la Shimano gagnerait sans discussion. Ce qui amène à la conclusion suivante : les Shimano semblent nettement les meilleures pour ceux qui chaussent à partir de 44, et sont excellentes pour les autres.

Ceci dit, côté cales, on a l’impression d’avoir un triporteur sous la chaussure ! D’ailleurs, ces cales sont si larges qu’elles peuvent aisément dépasser de la semelle selon la position souhaitée. Moyen, mais… exactement comme les Time.

Shimano Dura-Ace SPD-SL
Les Shimano sont les seules pédales à proposer deux longueurs d’axe : 4 mm de plus pour les cyclistes à large bassin.

Shimano Dura-Ace SPD-SL Cale

Dernier point, le chaussage : plutôt aisé, il se fait presque à plat. L’avant de la cale trouve vite le logement de la pédale, la chaussure quasi plate. Très pratique pour ceux qui ne sont pas plus à l’aise que ça avec les pédales automatiques… et évidemment aussi pour les autres ! Une caractéristique qui prend toute son importance quand on doit rechausser en ville, ou sur une route qui monte un peu : on manque alors d’élan et que la pédale permette de chausser vite s’avère extrêmement important.

Des pédales faciles, un peu plus lourdes que les autres, mais sûrement les plus larges des quatre. Pour ceux qui souffrent des pieds sur la largeur, sous la semelle, c’est la solution !

Et puis la qualité Shimano est au rendez-vous, comme d’habitude.

Système de blocage : arrière, par ressort réglable
Liberté angulaire : faible mais suffisante, créée par la cale
Surface de contact : NC
Poids : 244 g
Cales : 71 g
Prix : 269,99 euros

Renseignements : bike.shimano.com/fr-FR/home.html

TIME XPRESSO 12

Time Saur Sojasun

Notre avis : Lors de leur lancement, il y a quelques années, les IClic puis les Xpresso se déclaraient les pédales les plus rapides à chausser au monde. Et si cette allégation semble un peu osée, notamment face à Shimano, effectivement les Time se chaussent vite et bien. Plus longues, plus fines que les autres, les Xpresso jouent beaucoup sur leur portance dans le sens de la semelle. C’est particulièrement intéressant pour ceux qui chaussent au plus 43. Pour les autres, on peut se demander si les Xpresso ne manquent pas un peu… d’épaule ! Elles sont aussi, à notre goût, un peu trop fragiles. Elles sont tellement légères, tellement ajourées, que l’on se demande si Time n’est pas allé un peu trop loin. Derrière, il est compliqué de présenter des caractéristiques au top dans tous les domaines, notamment la fiabilité, au moins en rapport avec des prix de vente élevés.

Time Xpresso 12 Time I Clic Cleats

C’est un choix. Time a opté pour le poids mini et un chaussage facile… sur une période peut-être une peu courte pour un cyclosportif assidu.

Tout bien pesé, on reconnaît l’approche de Look, le frère ennemi.

Système de blocage : par lame carbone
Liberté angulaire : par cales. 5° maximum
Surface de contact : 700 mm2
Poids : 170 g
Cales : 85 g
Prix : 290 euros

Et 2018 ? Les nouveautés

Nous aurions voulu le faire exprès, nous n’aurions pas fait mieux… ou pire ! Il se trouve que le mois prochain, Look et Time lancent leur nouveaux modèles de haut de gamme !!! Noooooon ? Et si !

On voit apparaître chez Time la Xpresso 15, une pédale naturellement très proche de la 12, mais dotée de trois évolutions, dont une notable : la protection de la lame carbone inférieure. En effet, il est arrivé que cette lame subisse des agressions, notamment par projections, et finisse par se casser. Du coup, avec son tout nouveau mini sabot aérodynamique, elle est à l’abri ! Les deux autres évolutions sont une surface de contact apparemment un petit peu plus importante et, enfin, un carbone différent, plus solide, garant d’un meilleur vieillissement de la pédale.
142 g pour 450 euros.

Time XPRO 15 Encadre2
Les Xpresso 15 arrivent en ce début d’année en magasin : plus profilées, plus protégées… et plus chères, certes !

Time XPRO 15 Encadre1

Renseignements : www.time-sport.com

LOOK KÉO BLADE CARBON TI

Look Italienne

Notre avis : les pédales les plus répandues, les plus célèbres. Un palmarès long comme le bras, aussi. Très légères, grâce à leur système de blocage par lame, elles ont aussi solutionné le problème de liberté angulaire en passant par des cales à angles différents. Un système simple et léger. Bien vu ! Le défaut ? La vitesse d’usure des cales.

Look Keo Blade

Look cales
Look gère depuis longtemps la liberté angulaire grâce à trois types de cales différentes : grises, noires et rouges.

 

Impressionnant ! Marchez sur des oeufs, sinon c’est une paire tous les 2 mois. Voire davantage. Autre petit point négatif, le chaussage : toujours un peu chaotique quand on doit aller vite ou lorsque l’on est en côte. C’est encore plus vrai lorsque les cales sont usées : là, on peut s’y reprendre à deux ou trois fois. A éviter pour les débutants. Malgré cela, les Look ont des arguments qui en font les pédales reines. En fait, elles nous font penser indéniablement à des « protos » : très efficaces, d’un rapport poids/rigidité excellent, mais d’une ergonomie plutôt « spartiate ».

De pures pédales de compétition.

Système de blocage et dureté : par lame carbone. 3
duretés, indice de dureté de 12, 16 et 20
Liberté angulaire : en fonction des cales, 0° (noire),
4,5° (grise) ou 9° (rouge)
Surface de contact : 700 mm2
Poids : 190 g
Cales : 58 g
Prix : 259,99 euros

Du côté de chez Look

On a surtout travaillé l’étanchéité qui, grâce à un nouveau bouchon d’axe, serait 120% supérieure. Bien. Reste que l’on aurait bien aimé que Look bosse un peu sur le système d’enclenchement, car si les Kéo Blade sont de redoutables pédales, globalement, elles demeurent les moins à l’aise au chaussage ! En revanche, la ligne d’axe a aussi progressé, et si l’on pouvait voir un axe de pédale sous la pression, nous serions tous surpris de constater à quel point cela bouge. Donc, cette nouvelle ligne est un vrai progrès en termes de rendement de la Kéo.

Look Keo Blade Carbon

Renseignements : www.lookcycle.com

SPEEDPLAY ZERO AERO

Speedplay Wiggins

Notre avis : La Speedplay est la plus originale des pédales. La plus réfléchie, aussi. Elle dispose de deux avantages uniques : une liberté angulaire totale, grâce à ses cales rondes ; et un double chaussage. Rien qu’à ce titre, elle est la pédale incontournable pour les cyclistes qui ont des petits soucis de genou. On peut aussi dire que ce sont sûrement les plus fiables, à long terme. Y compris côté cales : données pour 5000 à 8000 km selon Speedplay. Et pour cause, les parties en contact sont en acier, des deux côtés : côté cale et côté pédale. Ce qui change tout.

Speedplay Aero

Mais elle a aussi quelques petits défauts : la liberté angulaire est telle que certains pourraient avoir l’impression de « patiner » un peu ! Une question d’habitude, mais on peut ne pas s’y faire. Ces pédales demandent aussi un entretien un peu plus poussé que les autres. En tant que « vraies » pédales, côté mécanique s’entend, le graissage n’est pas à négliger ! Enfin, les protège-cales sont obligatoires, sinon c’est glissade assurée à la marche, bien que les cales « aéro » règlent le problème grâce à leur partie plastique.

Speedplay Zero Nanogram Titane
Les Speedplay sont les seules pédales à double chaussage. Maintenant, elles sont aussi celles qui accrochent le mieux… à pied !

Speedplay Cale

On parle moins depuis quelques temps des Speedplay. Très à la mode il y a quelques années, elles sont moins répandues aujourd’hui. Pourtant, leurs qualités intrinsèques n’ont pas changé ! Mais le marketing ne fait pas de cadeau et, entre Look et Shimano, l’ouverture est mince.

Enfin, sachez qu’en danseuse, ces Speedplay s’avèrent très, très agréables en autorisant le pied à naturellement bouger dans tous le sens.

Des pédales à vraiment essayer avant d’acheter : certains les trouveront géniales, d’autre trop… particulières !

Speedplay Bora

Système de blocage : par clips acier
Liberté angulaire : totale ! En fait, de 0 à 15°. Réglable
Surface de contact : la taille de la cale
Poids : 220 g
Cales : 110 g
Prix : 289,90 euros

Renseignements : www.speedplay.com

 

Et donc ?

Donc, si l’on peut faire une synthèse de ces quatre produits, de ces quatre approches, nous dirions que Time et Look sont sur le même créneau, que Shimano est sans aucun doute la solution la plus sûre, comme d’habitude, alors que Speedplay est la plus originale et la plus technique.

Donc, on achète quoi ? Voilà notre recommandation : si vous ne savez pas, les Shimano. Si vous avez les articulations un peu limites ou si vous êtes un puriste (voire les deux), les Speedplay. Si vous ne parvenez pas à vous défaire de la maladie du poids, alors c’est le match franco-français entre Look et Time. Et là, c’est plus une histoire de goût qu’autre chose. J’ai roulé avec les quatre. Aucune ne m’est apparue problématique ou vraiment limitée. En revanche, j’ai osé une paire de B’Twin à 23 euros, cales comprise. Pour un usage hors compétition, j’ai été plus que surpris par la facilité de chaussage. Quand on sait qu’une paire de cales coûte de 18 à 62 euros, ça fait vraiment, vraiment réfléchir, non ?