Partager
Felt VR4
Coup de maître du VR4, ses roues. Les Zipp 30 sont légères, rigides, « aéro ». Et tubeless ready. Oui, monsieur !

Felt VR4 : Le polyvalent absolu !

Pour qui ne voit pas le vélo comme un objet permettant d’écœurer quiconque oserait se mettre dans sa roue, ou pire, vous attaquer, le VR4 est peut-être le vélo le plus polyvalent au monde. Il sait absolument tout faire et a opté pour des solutions techniques qui collent à son ambition.

RV, comme Variable Road, comprenez « routes différentes ». Tout est dit. Ce vélo a pour ambition de vous emmener d’un point A à un point B, quelles que soient les routes que vous emploierez. Cela veut aussi dire que vous pourrez découvrir tout et n’importe quoi tant cette machine vous permettra d’affronter les routes, les chemins, ou encore les pistes. Le rêve absolu !! Il y a juste un hic, c’est que ce vélo n’existe pas en France ! Et non, seule une version double plateau, dite VR5, s’en rapproche. Sauf que nous, c’est le VR4 qui nous intéresse. Et pour deux raisons majeures : d’abord, et avant tout, pour son groupe, le 1x (on dit One bye, rappelez-vous) de Sram, en version Rival avec sa cassette de… 46 dents ! Ce groupe est une merveille absolue. Et je pèse mes mots. Déjà je l’utilise sur mon Fuji de route depuis quatre mois. Il est proche de la perfection. Fiable, silencieux et facile en toutes circonstances. Pire, j’ai même réussi à lui greffer mon O’Symetric de 52 dents ! Sauf que derrière, ma cassette est une 36 et non une 42. Résultat, dans la côte de la Roque-sur-Pernes, dans les passages à 13 %, je fais un peu de musculation. Bref, rien de tout cela avec le VR4 équipé d’un plateau de… 44 dents. Oui, le grand pignon fait juste 2 dents de moins que le plateau. Et c’est top !
Autre coup de maître du VR4, ses roues. Les Zipp 30 sont légères, rigides, « aéro ». Et tubeless ready. Oui, monsieur ! Le confort et le rendement, toutes proportions gardées, sont donc aussi au rendez-vous !
Le confort n’est évidemment pas délaissé : la tige de selle, en carbone, est en 27,2 mm de diamètre alors que le cintre annonce un drop minimaliste de 65 mm ! En clair, vous gardez quasiment la même position mains en haut que mains en bas du guidon. Excellent !
Naturellement, pour finir le VR4 en beauté, les freins à disques étaient obligatoires. Ce sont les des Rival, hydrauliques bien sûr, à leviers aluminium. Décidément, les Rival semblent faire l’unanimité, on les retrouve partout ! Et nous ne l’avons pas fait sciemment en sélectionnant ces vélos !

TAILLÉ POUR RESTER EFFICACE, MÊME EN SOUSBOIS…

Six tailles s’offrent à nous pour le VR4. Pas mal du tout pour un « polyvalent ». Sachez surtout que les bases sont hyper longues, pour une stabilité accrue, que les douilles de direction ne sont pas si hautes que cela mais suffisamment pour laisser votre dos tranquille, et enfin que les angles des tubes de selle et de direction sont ceux d’un vélo de route classique. Tout comme la longueur du cadre, d’ailleurs. Donc, il ne s’agit pas d’un cyclo-cross arrangé mais bien d’un Gravel pur et dur. D’autant que Felt a fait le nécessaire pour que vous puissiez monter de larges pneus, jusqu’à 35 de section.

CRAQUANT…

C’est vraiment le mot. Le VR4 a tout pour lui et en plus, il est sexy ! Mais pour quelle raison s’offrirait-on ce genre de vélo au lieu d’un pur route voire, pour les plus aventuriers, d’un VTT à roues de 29 pouces ? La réponse est évidente : c’est pour ceux qui n’ont pas de dogme. Ceux qui se sentent aussi bien sur la route que dans les forêts ou sur les chemins de traverse. Il y a des années, j’étais parti, par hasard, à l’assaut du « Gros Cerveau », une butte qui surplombe Bandol et Sanary. Nous avions loué des VTT Sunn ! Avec un VR4, la découverte de ce pic aurait été encore plus belle. Récemment, je suis allé, encore par hasard, découvrir Notre-Dame du Mai, une magnifique église juchée sur les hauteurs de Six-Fours. Un enchantement. Derrière, une route qui répond au doux nom de Corniche est merveilleuse. Un nom pas volé !
Au sommet, la route est défoncée. Le VR4 y aurait été dans son élément.
Dans les deux cas, c’est l’envie de découvrir des lieux inconnus qui m’a poussé. Malgré de belles machines, mais inadaptées. Un polyvalent comme le VR4 de Felt sert à ça : une machine pour découvrir des lieux que
vous n’auriez pas osé aller « chercher » avec votre vélo classique. Vous en êtes ? Alors n’hésitez pas une seconde… et demandez à l’importateur Français, la SARL Maillon, de vous le commander !!!

Felt VR4

Partager
PrécédentCanyon Ultimate CF SLX 8.0 : Toujours imbattable ? À voir…
Suivant3T Exploro : La bombe des sous-bois
Richard Jamin est le président-fondateur et le directeur de publication du magazine L'Acheteur Cycliste. C'est lui , il y a 13 ans, qui à eu l'idée et le courage de créer le premier magazine d'achat du vélo de route. C'est un véritable passionné du vélo de course, il possède aussi un sacré caractère.