Partager
Cyfac Absolu V2

Cyfac Absolu V2 : UN VÉLO ÉLECTRIQUE ?

Le célèbre constructeur sur-mesure de La Fuye, en Indre-et-Loire, est fidèle au poste. Son Absolu, en version V2, demeure l’une des (rares) références de cadre carbone stratifié fabriqué en Europe…

Cyfac Absolu V2 Boitier

Ce vélo a été construit selon une technologie qui a treize ans et fut upgradée en 2014. A l’époque, c’était une petite révolution saluée par tous. Aujourd’hui, c’est un chef d’oeuvre en péril. Avec Parlee et Sarto,
Cyfac représente la cause des experts du carbone stratifié.

La fabrication d’un Cyfac Absolu, désormais disponible dans sa troisième évolution (2017), est finalement assez simple. Comme on allume son ordinateur ou sa voiture… sauf que derrière, il faut de bons matériaux, un savoir-faire sans faille, et une expérience énorme pour faire mouche à chaque fabrication !

Cyfac Absolu V2 Poste de pilotage

Et ça, c’est le boulot de Cyfac, et de l’équipe d’Aymeric Le Brun, qui a repris les clefs du camion après avoir été adoubé par le maître, Francis Quillon.

Notre Absolu V2 est construit sur la base de carbone tressé, de la fibre Toray T800, un module IM (intermédiaire) ; ce nouvel eldorado du carbone qui permet, quand on sait faire, de cumuler le rendement du carbone et le confort de l’acier ! En taille prédéfinie, il s’agit d’un monocoque, mais en version sur-mesure, comme le nôtre, c’est un pur stratifié, sans raccord, avec des tubes liés les uns aux autres par un enchevêtrement de fibres. C’est léger et c’est surtout le seul moyen de donner aux tubes les angles définis par l’étude posturale du client !

Cyfac Absolu V2 Fourche

Au coup d’œil, c’est toujours un peu émouvant de discerner les fibres dans l’exacte position donnée par les mains de l’ouvrier. Quand c’est peint, comme sur 99% de la production actuelle, ce n’est pas que pour faire beau. Le travail, ici, et encore plus en fibres tressées, est infernal ! Tout doit coller au millimètre, respecter le cahier des charges et maintenir la capacité d’absorption du cadre, sans nuire à sa rigidité. Et doit évidemment, aussi, être beau ! C’est un monde parallèle par rapport à la grande série. Concrètement, cela n’indique pas que vous allez forcément vous envoler avec un vélo construit selon cette technique, mais selon toute probabilité, tout devrait aller mieux !

L’Absolu V2 brille aussi par sa fausse désinvolture : on pourrait croire, de prime abord, que ses tubes sont ronds. Que nenni ! Tout est travaillé de partout. Le tube supérieur est ovalisé, à plat côté douille, et en hauteur côté tube de selle. Il présente aussi deux grosses nervures concaves sur l’avant. Et côté poutre transversale, on retrouve le même tube, en plus gros diamètre, mais en sens inverse !

D’ailleurs, la fourche est un peu du même acabit : dotée de fourreaux très larges, elle est le symbole de la version V2 de ce cadre. Nous la trouvons un peu « balèze », esthétiquement parlant, mais elle apporte son « aéro » et une précision supérieure au modèle cintré. La fourche de course, quoi !

Cyfac Absolu V2 Arriere

Mais c’est l’arrière qui intrigue le plus : les bases sont fines, comparées à la tendance depuis quelques années, mais aussi angulées, ce qui se fait de moins en moins (pourtant pratique pour ceux qui chaussent du 45 et veulent quand même un arrière court !). Quant aux haubans, ils disposent d’une section triangulée assez imposante et terminent magnifiquement
leur course en un double wishbone très travaillé. Ca sent bon la rigidité. Superbe ! Notez que les pattes aussi sont en carbone.

Enfin, la tige de selle intégrée. Ca aussi, c’est un concept qui se raréfie. Giant et BH y restent fidèles, mais ce sont à peu près les seuls. Remarquez que cela évite de casser son super carbone ultra light avec un serrage de tige mal conçu. Et il y en a eu un paquet !

Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que durant le tour-test, je découvrirai un vélo plutôt rigide. Comme quoi, nul besoin de montrer ses gros biscoteaux pour nous faire croire à un cadre rigide. Alors bien sûr, l’Absolu V2 pèse plus lourd qu’un carbone monocoque de dernière génération (1,5 kg cadre/fourche/tige de selle), mais il est… à votre taille, et à votre niveau ! Ce qui vaut 3 kg, à l’aise !

Dernier détail, Cyfac a opté pour une boîte traditionnelle de 68 mm, à pas de vis BSC : on ne change pas une recette qui marche.

Bien entendu, câblerie intégrée ou non, couleurs et autres éventuels marquages sont à discrétion.

Beau travail, messieurs. Et fiable !

Cyfac Absolu V2 Potence

Équipement à la carte, évidemment

On va faire court, ici. Un cadre sur-mesure, fait main, en France, mérite des composants dignes de ce nom. Sans pour autant délirer. Mais il faut respecter ce cadre. Nicolas Martin, le patron des Cycles Veran, a opté pour un groupe Campagnolo Super Record EPS. En souplesse ! Cet ancien brillant première « caté » a été, comme tant d’anciens coureurs, marqué au fer rouge par Campa ! Normal. L’avantage est que, du coup, le groupe est réglé « aux petits oignons ». Ce qui demande le coup de main de l’Italien.

Le poste de pilotage est un peu « olé olé », avec une superbe potence carbone profilée d’origine italienne, et un cintre Bontrager X Lite compact. Excellent cintre, d’ailleurs, quoique peu glamour.

Cyfac Absolu V2 Douille2
Tout le travail de stratification sur la fibre 3k se retrouve au niveau de la douille : dénué de peinture, tout est visible à l’œil nu. La preuve de la minutie.

Derrière, Nicolas Martin aime bien l’Arione « braided » (rails carbone). On connait bien ses qualités et ses défauts : plate et longue, elle permet de trouver la bonne longueur sur le vélo, que ce soit sur le plat ou en côtes. En revanche, peu de calage et un confort discutable. Un concept clivant.

Enfin, feu d’artifice, les roues. En l’état, Nicolas roule avec des Campagnolo Bora 35. Pour des raisons de test (et de prix), je les ai remplacées par des Corima à boyaux 47MM « S1 », les « petites » Corima à 1199 euros. Vous aurez les informations complètes sur ces roues dans notre test, quelques pages plus loin, mais avec 1,4 kg, leurs jantes de 47 mm de haut et 22,6 mm de large, les S1 offrent de solides garanties de rendement pour un tarif très contenu. Pas d’erreur de casting, donc.

Cyfac Absolu V2 Boitier dessous
La grosse rainure, concave, sous le tube supérieur, vient encore limiter la torsion de la boîte sous l’effort.

Cela dit, entendez qu’un tel cadre peut aussi être équipé «économiquement » et intelligemment. Les Corima, donc, un groupe Campa Centaur ou Ultegra, et vous baissez l’addition de… 3000 euros !

Sur la route

Bien. Cela ne va pas être facile de vous faire partager mes sensations puisqu’elles se sont avérées fausses, à l’issue de ce tour-test ! En résumé, je pensais rouler en 53×39, alors que j’étais en 52×36. J’imaginais un temps d’environ 31 minutes et 45 secondes à 32 minute ; et j’ai mis 33 minutes et 12 secondes. Bref, tout faux ! Mais j’ai une excuse, car le Cyfac Absolu V2 est une machine qui vous fait oublier le dénivelé, et vous fait croire que vous allez plus vite que la réalité. Tout cela parce que ce vélo est d’une facilité rare.

Cyfac Absolu V2 Richard

33 minutes et 12 secondes, ce sont 42 secondes de plus que le Rose du comparatif Expert. Soit. En performance pure, le Cyfac est donc soit bon, et le Rose excellent, soit il est en-dessous d’un vélo de 3000 euros, aussi bon fut-il, et là, on tombe dans l’incompréhension. Rassurez-vous, nous avons une explication : tout d’abord, pour changer, mon Cyfac était trop petit. En hauteur. Et avec la tige de selle intégrée, pas grand chose à faire
pour y remédier. Vous savez l’impact d’une géométrie et plus simplement d’une taille de vélo adaptée sur les performances d’un cycliste. On a donc ici un bon matelas de secondes. Ensuite, le Cyfac est un vélo aussi facile à rouler qu’il semble dur en confort ! Même en boyaux !

Sur le plat, l’Absolu V2 ignore le frottement. On roule à plus de 35 km/h sans toucher aux pédales. C’est assez grisant. Et puis le dénivelé arrivant, on se prend à mettre petit, car le vélo fonctionne à merveille en cadence. Sans pour autant être très difficile sur le couple, mais il est vraiment facile en cadence. Alors j’ai monté les vitesses sans réfléchir, juste parce que dans cet état, je ne sentais rien. Ce qui est extrêmement ludique. Avec l’impression, quand même, de plus rouler sur un vélo de compétition que sur un cyclosport, même de haut de gamme. Et je pense m’être laissé un peu piéger par le comportement du Cyfac. Il vous fait couler du sucre dans les cannes, on ne sent rien, mais on avance bien tout de même. Alors, pourquoi en remettre ?

Je suis donc monté en fumant la pipe. N’ai rien senti. Ni les cuisses, ni le souffle ! Ce qui est quand même le but ultime pour les trois-quarts des cyclistes ! Dans les forts pourcentages, je suis passé en 36×28 les doigts dans le nez, puis dans la partie plus douce (5-6%), j’ai mis le 52 dents (28 derrière), en souplesse, et c’était très bien ainsi.

Mais le chrono, c’est le chrono. Dans la descente, le comportement est, là encore, plus joueur qu’ « immobile» : l’Absolu est vif, et on a tôt fait d’avoir envie de le brusquer un peu. Du coup, je relance un peu et sens que, côté confort, ce n’est pas un champion. C’est d’ailleurs un peu son seul défaut.

Cyfac Absolu V2 Douille

De retour sur Saint Didier, face au grand faux-plat, ce sera une partie de plaisir : 52×19, puis 22, 25 et 28. Pour garder la cadence, pour ne rien sentir, quasiment sans ralentir. Vraiment, à la bascule, j’étais facile.

Je n’ai fait le sprint dans le raidillon que pour avoir une confirmation sur la rigidité « contrôlée » de la boîte de pédalier : je suis arrivé assez vite sur la rampe, disons à 40 km/h. Et j’ai avalé le raidillon. Mais pour la première fois du tour-test, j’ai senti mes cannes !

Nous y voilà : je crois que l’Absolu V2 est un pur coursier moderne ! Il permet de rouler vite, planqué dans les roulettes, et garde son venin si vous avez le niveau pour l’utiliser. Moi, j’y suis allé en douceur, comme le plus souvent durant les tests. Et il s’adapte. Du coup, on se demande un peu s’il ne faut pas plus un vélo de compétition qu’un cyclosport pour pratiquer le… cyclosport !

Cette question, nous nous la sommes souvent posée. Et franchement, nous pensons que la réponse est oui. Restent le confort et l’ergonomie, la position, rarement au rendez-vous dans ce cas-là. Raison de plus pour vous faire faire un Cyfac sur-mesure : le beurre et l’argent du beurre !

Techniquement réussi, ergonomiquement aussi !

Racé, unique, finalement polyvalent, mais avec un léger manque de confort, le Cyfac permet d’envoyer fort… ou non ! Collez-lui une selle confortable (obligatoire) et faites-vous plaisir. Si vous êtes un peu fragile du dos, à voir. A priori, ça n’est pas l’idéal. Mais si vous visez les cyclosportives, que vous êtes en forme, et cherchez une machine à vos mesures, efficace et tolérante, vous avez trouvé !

Comparé à un cadre haut de gamme de série, le jeu en vaut-il la chandelle? Côté comportement pur, probablement pas, car il existe d’excellents cadres de série qui sont très efficaces si la géométrie vous convient. Mais en termes de facilité, le Cyfac touche des sommets non-atteints par les grands constructeurs de vélos de série.

D’autant que, évidemment, le Cyfac est là pour s’adapter à vous, et non le contraire. Souvent, cela change tout…

Cyfac Absolu V2 Fiche Technique

Renseignements :www.cyfac.fr

Partager
PrécédentB’Twin Ultra 900 CF
SuivantRoues Shimano Dura-Ace R9100-C40-TU
Richard Jamin est le président-fondateur et le directeur de publication du magazine L'Acheteur Cycliste. C'est lui , il y a 13 ans, qui à eu l'idée et le courage de créer le premier magazine d'achat du vélo de route. C'est un véritable passionné du vélo de course, il possède aussi un sacré caractère.