Partager
Le cyclo-cross au pays de Ridley

Le cyclo-cross au pays de Ridley

Invitée par la marque phare du cyclo-cross mondial, notre rédaction a pu prendre conscience du formidable engouement de la discipline outre-quiévrain lors de la plus folle des épreuves, le mythique Grand Prix Zonhoven. Balade chez les fous de sous-bois et de bacs à sable avec, en prime, la découverte du Centre Sven Nys, la Mecque du cyclo-cross.

Ils sont des milliers à se presser sur l’incroyable circuit de sable et de sueur de Zonhoven. Près de 30000 spectateurs fous de cyclo-cross ont littéralement envahi cette petite commune du Limbourg, au coeur de la Belgique flamande.
30000 spectateurs alors que la commune ne compte au plus que 20000 habitants ! C’est que nous sommes ici au pays du légendaire Eric De Vlaeminck, 7 fois champion du Monde de cyclo-cross, l’homme par qui la Belgique est devenue la terre sacrée des amateurs de sous bois hivernaux.

Devenu entraîneur de l’équipe nationale, Eric De Vlaeminck, frère de Roger, surnommé « Le Gitan », obtiendra pour ses poulains la bagatelle de 29 médailles internationales. Sans parler des 4 titres mondiaux décrochés par Niels Albert dont il sera le coach intransigeant. Plus récemment, la Belgique, c’est aussi Sven Nys et son formidable palmarès. 13 victoires consécutives dans le Superprestige, 5 titres de Champion de Belgique et 2 titres de Champion du Monde. Avec l’étonnant record de 25 victoires sur une seule saison hivernale en 2004-2005 !

Sven Nys, qui a décidé de redonner au cyclo-cross tout ce qu’il en avait lui-même obtenu, en créant le très impressionnant Sven Nys Cycling Center à Tremelo-Baal. Une véritable Mecque du offroad où tous les passionnés peuvent venir découvrir la légende et l’actualité du cyclocross tout en roulant sur la piste de l’épreuve des professionnels. Celui que l’on surnommait l’Empereur du cyclo-cross a lui aussi contribué à la folle passion de toute la Belgique pour une discipline trop longtemps négligée en France.
Fortement impliquée dans le mouvement du retour aux sous-bois, la marque Ridley fait aujourd’hui figure de leader. Avec son compatriote Stevens et le vieux Maestro, Ernesto Colnago.

sven-nys-center
Le Sven Nys Center
3 vélos, 3
3 vélos, 3 époques…

CYCLO-CROSS OU GRAVEL ?

Depuis deux ans on ne parle que de ça. Toutes les marques ou presque sortent des modèles Gravel. Certaines même deux. Pour le consommateur, il est parfois difficile de s’y retrouver, quel vélo choisir entre cyclo-Cross et Gravel, et comment les différencier ? On vous aide à y voir plus clair…

ridley-x-trail-carbon
La pratique du cyclo-cross est bien difficile. C’est physique et bien plus dur que la route. Quelques tours du circuit de Zonhoven ont suffi à me convaincre. Relance à fond, descente du vélo, portage, on remonte pour recommencer 100 mètres plus loin. Poussé par le plaisir de rouler vite, on se retrouve très vite dans le rouge. Qu’il est difficile de gérer son effort !
Donc un pur vélo de cyclo-cross est sportif. On retrouve souvent des cadres droits, sans sloping. La géométrie est très racée, la douille de direction basse. Des machines résolument tournées vers la performance et le gain de poids. Il faut dire que quand il faut porter le vélo sur l’épaule, chaque gramme compte ! On trouve encore la plupart des vélos de cross disponibles avec des freins cantilever, bien que la majorité des professionnels utilisent des disques.

douille-freins-disque
Le vélo Gravel est bien plus soft côté géométrie. La douille de direction
est plus haute, les bases sont légèrement plus courtes (on évacue
moins bien la boue) afin d’obtenir globalement un vélo plus confortable,
plus accessible. On peut envisager d’utiliser un Gravel pour rouler sur
la route, en changeant les pneumatiques. On retrouvera peu ou prou
le comportement typique d’un vélo Endurance. D’ailleurs, la barrière
entre un Gravel et un Endurance est bien plus faible qu’entre un Gravel
et un Cross.

Il suffit de mettre les deux types de vélos côte à côte pour s’apercevoir
de ces différences.

On peut comparer les deux modèles de chez Ridley. Le X-Night SL pour le Cross et le tout nouveau X-Trail Carbon pour le Gravel.
Pour résumer, un vrai Cross sera parfait pour un coureur désireux de performer sur des circuits difficiles, mais pour se balader en forêt ou sur des chemins, voire rouler sur de mauvaises routes, le choix d’un Gravel est tout indiqué.

Le nouveau X-Trail Carbon à l’épreuve de l’impitoyable circuit de Zohnoven.

Alors que, lors de la reconnaissance matinale, le froid et la brume masquaient la vue et ne donnaient franchement pas envie de se frotter au fameux « kuil », l’après-midi de notre essai fut marqué par un retour du soleil ô combien apprécié.

Une préparation du vélo en règle et c’est parti, je vais enfin me frotter
à ce circuit légendaire !

Je retrouve une position typique des vélos Endurance. Bien assis, les poignées Sram 1x tombent parfaitement sous la main.
haubans-freins-disqueLors de mon premier tour, je suis parti avec des pneus gonflés à 3,5 bars, des Clement en 36 mm, j’ai trouvé ça dur et manquant d’accroche. Une baisse à 1,8 et 1,6 bars résoudra totalement ce sentiment. Dur de sous-gonfler pour un routier ! Le freinage à disques est imperturbable, même dans le sable. J’entends parfois un grain de sable se coincer entre le disque et la plaquette, mais sans que le disque ne se retrouve abîmé ni que le freinage ne s’en trouve dégradé. Pour le coup, le disque offre le confort de ne pas craindre d’abîmer la jante !

porterLors du portage du vélo, pas de problème particulier, même s’il est vrai que quelques centaines de grammes en moins seraient appréciables. On en veut toujours plus (moins, en l’occurrence !) et notre Gravel n’est à la base pas fait pour ce genre d’exercice.
descenteJ’attaque le fameux trou, très impressionnant. Du braquet, ne pas arrêter de pédaler, et ça passe. La concentration est primordiale. Finalement, un Gravel sur un circuit de Cross, ça le fait aussi.

Dans les parties réclamant de la relance, le rendement est appréciable et la rigidité du cadre suffisante. De quoi largement se faire plaisir !

Toujours dans un confort remarquable. À ce propos, le groupe Sram 1x se révèle être une bonne solution, mais attention à ne pas faire rentrer de sable dans la poignée sous peine de ne plus pouvoir changer de vitesses.

Sincèrement, cet X-Trail Carbon m’a fait envie, je serais bien resté plus longtemps en selle à tourner sur ce circuit…

LE MEILLEUR DES DEUX MONDES ?

La question mérite d’être posée. L’essai du nouveau Gravel X-Trail Carbon, en plus d’être une découverte, fut une révélation. Que reste-t-il au pur vélo de cyclo-cross lorsqu’un Gravel proche d’un Endurance (très à la mode) peut pratiquement faire les mêmes choses ?

La réponse est simple et est la même que sur la route. La course !

Pour la majorité d’entre vous, un Gravel ou un Endurance se révèleront parfaits ; pour les coursiers et les coureurs, le vélo de cyclo-cross reste incontournable. Comme le vélo de montagne pour les routiers désireux d’affoler les chronos. En fait, c’est vraiment à vous de voir, si vous vous connaissez bien et si vous n’avez pas les yeux plus gros que les jambes.