Partager
BMC Team Machine SLR03 : Du rendement !

BMC Team Machine SLR03 : Du rendement !

Altitude, c’est la famille dans laquelle est classé ce vélo chez BMC. Un peu prétentieux ? Sûrement. Mais le pari de la marque Suisse est de nous prouver qu’un bon cadre et un équipement d’entrée de gamme – mais de marque – peuvent donner un bon résultat…

BMC TEAM MACHINE SLR03

Hyper soigné, le SLR03 fait dans la précision suisse. Chirurgicale, même. Entre couleurs, choix de roues à peu de rayons, pédalier particulièrement aéré, le BMC fait dans la légèreté visuelle. On aime ! Même les câbles, non-intégrés, semblent se fondre dans le noir du cadre. Le cadre, justement. A en croire BMC, plutôt avare d’informations sur le sujet, il s’agirait du même que le grand frère de la gamme, le SLR01, à la différence du carbone bien sûr. Avec ça, nous sommes comblés !
Comme toujours dans ce genre de situation, on a affaire à un carbone « de base » et non de l’unidirectionnel, qui est plus lourd et le plus souvent moins confortable. Ajoutez ce bon vieux « Crosslock Skeleton », raccord supplémentaire entre le tube de selle et le tube supérieur, et nous sommes forcément en présence d’une machine… dure !
Le bon côté du truc est que si vous êtes assez fort, ce vélo devrait proposer un rendement, pour sa catégorie, important. En revanche, si vous êtes un peu « en dedans », ça risque de faire mal aux guiboles ! Notez aussi que la géométrie est « droite », donc côté taille et maniabilité, prenez plutôt petit ou, au pire, juste votre taille.
Vous aurez justement le choix entre cinq tailles. C’est la limite basse. Idéalement, restez dans les trois tailles du milieu de grille. Aux extrêmes, 47 cm, la petite, et 60 cm, la grande, l’écart avec les autres est très important. Il faut donc être vraiment petit ou vraiment grand. Genre 1,65 m ou 1,95 m !

TOUT SHIMANO : QUALITÉ ASSURÉE.

Même en Tiagra, du Shimano, c’est fiable. Et pour le coup parfaitement compatible, évidemment. Bon, le pédalier n’est pas très esthétique mais c’est ainsi. Le braquet est de 34×28, donc vous passerez partout… mais pas trop longtemps quand même ! Car si ce cadre s’annonce très rigide, pour les roues, c’est le contraire : en général, l’inverse présente un meilleur rendement…
Shimano a toujours fait des roues aluminium plutôt souples. Alors, si vous êtes costaud ou assez puissant, méfiez-vous quand même. En montagne ou grosse côtes, ce vélo sera sûrement exigeant…
Le reste de l’accastillage est plutôt bas de gamme mais pas inélégant. Pas trop, en tout cas. Tenez surtout compte de deux points : le cintre est court et son drop assez important. Le contraire d’un bon compact, donc. Voilà qui ne va pas forcément faciliter le positionnement sur cette machine.
Côté assise, c’est aussi un peu discutable. Surtout pour la tige de selle : si son réglage est précis, il est aussi pénible avec sa vis de réglage avant par clé plate. Sur ce genre de vélo, il est important de pouvoir facilement modifier la position de la selle, même durant une sortie ; et là, il faut avoir la clé plate sur soi et comprendre un minimum de choses aux angles. Une tige à chariot cranté type FSA aurait été plus adaptée.

POUR QUI ?

Au regard de tous ces éléments, force est de constater que le SLR03 n’est pas franchement un vélo d’altitude, comme il est référencé chez nos amis suisses, mais surtout un vélo de… jeunes !
Alors, on ne s’emballe pas et, pour tirer le maximum du BMC, il vaudrait mieux être jeune et bien portant que plus âgé et un peu limite ! Pour la polyvalence, on repassera.

58_59_ACCESS_BMC_SLR_03.indd

LA NOTE DE L’ACHETEUR CYCLISTE

64_65_SYNTHESE-COMPARATIFS.indd

LA SYNTHÈSE DE L’ACHETEUR CYCLISTE
(cliquez sur les liens ci-dessous pour consulter les tests des autres vélos concernés par cette synthèse)

CANYON ULTIMATE CF SL 7.0
TREK DOMANE ALR5 DISC

LE CANYON DOMINATEUR

SANS AUCUNE CONTESTATION POSSIBLE, L’INCROYABLE CANYON ULTIMATE CF SL 7.0 L’EMPORTE FACE AU BMC ET AU TREK. CES DERNIERS NE DÉMÉRITENT PAS, MAIS ILS SONT LITTÉRALEMENT SURCLASSÉS PAR LES 7,6 KG ET LES 1599 EUROS DE L’ALLEMAND.

Lutte inégale pour le Trek Domane ALR 5 Disc et le BMC Team Machine SLR03 confrontés à l’étonnant Canyon Ultimate CF SL 7.0. Si le Trek a pour lui son freinage à disques Shimano et son montage tout 105, il ne propose qu’un cadre aluminium et accuse un poids de 9,530 kg, le tout pour un tarif de 1799 euros. Le BMC, pour sa part, propose un beau cadre carbone dérivé étroitement du grand frère SLR01, mais il doit se contenter d’un montage tout Tiagra. Côté tarif et poids, il s’affiche à 1699 euros et 8,6 kg.
Le Canyon l’emporte donc largement devant le Trek et son mélange de confort et de sécurité. Le BMC, quelque peu handicapé par son groupe et son choix limité à 5 tailles (7 pour le Trek et pour le Canyon), ferme la marche.

Partager
PrécédentTrek Domane ALR 5 Disc : Taillé pour l’endurance
SuivantUn acier pour Peter ?

Richard Jamin est le président-fondateur et le directeur de publication du magazine L’Acheteur Cycliste. C’est lui , il y a 13 ans, qui à eu l’idée et le courage de créer le premier magazine d’achat du vélo de route. C’est un véritable passionné du vélo de course, il possède aussi un sacré caractère.